“Herzog accepte de rejoindre la coalition, mais ses collègues empêchent l’accord”
Rechercher

“Herzog accepte de rejoindre la coalition, mais ses collègues empêchent l’accord”

L’Union sioniste aurait obtenu sept ministères, dont les Affaires étrangères pour Herzog et l’Economie pour Yachimovich

Isaac Herzog et Benjamin Netanyahu (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Isaac Herzog et Benjamin Netanyahu (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

Le chef de l’Union sioniste Isaac Herzog a accepté il y a des semaines les conditions du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour que son parti et ses 24 sièges rejoignent la coalition, mais l’accord a été torpillé par ses collègues Tzipi Livni et Shelly Yachimovich, a affirmé la Dixième chaîne.

Le reportage annonce que, malgré les démentis constants d’Herzog disant qu’il n’envisageait pas que son parti fasse partie de la coalition, lui et Netanyahu ont conclu un accord il y a des semaines, avant qu’Herzog ne soit suspecté fin mars dans le cadre d’une affaire de corruption.

L’Union sioniste aurait obtenu sept ministères, dont les Affaires étrangères pour Herzog et l’Economie pour Yachimovich.

Livni aurait eu un poste plus marginal. Les directives de la coalition n’auraient pas changé, et le parti national religieux HaBayit HaYehudi serait resté dans la coalition, selon la chaîne.

L’action, qui aurait stabilisé la coalition de Netanyahu, qui ne compte que 61 sièges sur 120 à la Knesset, a été principalement contrecarrée par Livni et Yachimovich, selon la Dixième chaîne.

Quand Herzog leur a présenté l’accord, Yachimovich a déclaré que bien qu’il existe des conditions auxquelles elle serait prête à rejoindre le gouvernement, les termes envisagés n’étaient pas acceptables. Elle a également déclaré qu’elle voulait être ministre de la Justice. Livni a pour sa part déclaré qu’elle n’accepterait pas de ministère jugé pas suffisamment important.

Le reportage a également annoncé que le dirigeant du parti HaBayit HaYehudi, Naftali Bennett, était prêt à accepter l’accord. Sa collègue de parti, Ayelet Shaked, est l’actuelle ministre de la Justice.

D’autres facteurs ont participé à la destruction de l’accord, selon le reportage, comme les problèmes judiciaires d’Herzog et l’opposition de l’Union sioniste au gouvernement sur l’accord sur le gaz naturel. Mais c’est l’opposition de Livni et Yachimovich qui est essentiellement responsable de son effondrement.

Lundi, le député de l’Union sioniste Hilik Bar a démenti les discussions entre le Likud et l’Union sioniste pour la formation d’un gouvernement d’unité nationale, mais a déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef de l’Union sioniste Isaac Herzog en avaient probablement discuté.

« Herzog a reçu des propositions très tentantes pour entrer dans le gouvernement, mais en tant que leader responsable, il sait qu’il n’y a actuellement aucun intérêt à entrer dans ce gouvernement », a déclaré Bar à la chaîne de la Knesset.

Bar a également déclaré que son parti ne siègerait pas dans un gouvernement aux côtés du parti de droite HaBayit HaYehudi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...