Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

Herzog s’entretient avec des responsables de TikTok concernant les contenus antisémites

Le président israélien a dénoncé l'antisémitisme et les contenus anti-Israël sur TikTok, déjà dénoncés par l'ex-responsable de la firme en Israël

Le président Isaac Herzog avec de hauts responsables du réseau social chinois TikTok, à Jérusalem, le 6 février 2024. (Crédit : Porte-parole de la Présidence)
Le président Isaac Herzog avec de hauts responsables du réseau social chinois TikTok, à Jérusalem, le 6 février 2024. (Crédit : Porte-parole de la Présidence)

Le président israélien Isaac Herzog s’est entretenu aujourd’hui, à Jérusalem, avec de hauts responsables du géant chinois des réseaux sociaux TikTok de la prolifération des contenus anti-Israël et antisémites sur la plateforme, en particulier depuis le massacre du Hamas du 7 octobre.

Herzog a accueilli Michael Beckerman, vice-président des politiques publiques pour les Amériques de TikTok, et Theo Bertram, le vice-président de la société pour les relations gouvernementales et des politiques publiques pour l’Europe, dans son bureau à Jérusalem « dans le contexte de l’augmentation significative des cas d’antisémitisme et de la propagation de la haine anti-Israël sur la plateforme, notamment depuis le début de la guerre avec le Hamas », a déclaré son cabinet.

« Nous devons lutter contre les mensonges et la haine partout où ils se trouvent : dans la rue comme en ligne, sur les réseaux sociaux, partout dans le monde afin d’empêcher les manipulations et de limiter l’impact négatif sur l’opinion publique de la prochaine génération », leur a déclaré Herzog, selon le compte rendu fourni par son cabinet.

« Je remercie les dirigeants de TikTok pour cette conversation honnête et ouverte, et pour leur volonté de relever ce défi absolument essentiel. »

Lors de la réunion, Tom Divon, chercheur israélien spécialiste des réseaux sociaux, de l’Institut des communications de l’Université hébraïque, a présenté aux responsables de TikTok les résultats de ses recherches sur l’antisémitisme sur leur plateforme.

Ses conclusions n’ont pas donné lieu à précision, mais le cabinet de la présidence a fait savoir que les dirigeants de TikTok « ont été informés de certaines théories complotistes haineuses et de fausses informations présentes sur la plateforme, concernant notamment l’attaque barbare du 7 octobre, ainsi que de certains contenus particulièrement choquants et vulgaires, d’expressions et discours clairement antisémites, de cas de déni et de mépris envers la Shoah ».

Le président Isaac Herzog avec des hauts représentants de TikTok venus en Israël pour évoquer la diffusion de contenus antisémites et anti-Israël sur la plateforme, le 6 février 2024. (Crédit : Porte-parole de la Présidence)

Selon les recherches de Divon, une partie des contenus présentés ont été supprimés, mais seulement après un certain temps, et certains circulent encore.

Le cabinet de Herzog a indiqué que les représentants de TikTok s’étaient montrés « profondément troublés par les résultats de l’étude et les preuves présentées lors de la réunion, et engagés à travailler avec le cabinet de la présidence et les responsables israéliens pour faire le nécessaire et éradiquer ce phénomène de la plate-forme ».

Les représentants de TikTok ont déclaré au président que plus de 160 millions de « faux comptes » diffusant des discours anti-juifs et anti-Israël avaient été identifiés.

Cette réunion s’est tenue une semaine environ après la démission de TikTok de Barak Herscowitz, responsable des relations gouvernementales de l’entreprise en Israël, qui a justifié sa décision, lundi dernier, dans un message sur X : « Nous vivons à une époque où notre existence même, en tant que Juifs et Israéliens, est attaquée et en danger. Dans une période aussi instable, les priorités des gens deviennent plus précises. Am Yisrael Chai. »

« J’ai fait de mon mieux à mon poste », a ajouté Herscowitz. « Il y a des gens merveilleux à TikTok Israël qui font de leur mieux. »

TikTok est critiqué depuis la publication d’un important rapport, en décembre dernier, concluant que l’entreprise avait une approche plutôt molle de la lutte contre l’antisémitisme sur sa plate-forme et que les employés juifs s’étaient plaints d’un cadre de travail de plus en plus toxique depuis le 7 octobre et la guerre qui s’en est suivi à Gaza.

Des employés de TikTok témoignant sous couvert d’anonymat ont déclaré à Fox Business que des collègues avaient librement exprimé des opinions antisémites et anti-Israël sur Lark, leur chat interne, et que les 40 000 modérateurs de l’entreprise avaient permis à la désinformation anti-Israël et antisémite de se répandre sur la plateforme.

Une source proche de TikTok a déclaré à Jewish Insider, cette semaine, que Herscowitz était à l’origine d’un mémo adressé, fin décembre, à de hauts responsables de TikTok concluant que la plate-forme de réseaux sociaux avait adopté une politique inique concernant la guerre d’Israël contre le Hamas à Gaza en autorisant la diffusion de contenus contenant des violences extrêmes et de l’incitation à la haine contre les Israéliens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.