Herzog sur les campagnes anti-expulsions : « Ce n’est pas Soros, Bibi »
Rechercher

Herzog sur les campagnes anti-expulsions : « Ce n’est pas Soros, Bibi »

Le chef de l'opposition a également demandé un ré-examen minutieux de la question des migrants africains par le gouvernement

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le chef de l'opposition, Isaac Herzog, assiste à une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem le 8 janvier 2018. (Miriam Alster / Flash90)
Le chef de l'opposition, Isaac Herzog, assiste à une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem le 8 janvier 2018. (Miriam Alster / Flash90)

Le chef de l’opposition Isaac Herzog a rejeté l’accusation lancée hier par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a affirmé que c’était le milliardaire juif George Soros qui était à l’origine de la campagne d’opposition aux expulsions massives de migrants africains d’Israël.

« Ce n’est pas George Soros, Bibi », a déclaré Herzog lundi lors de la réunion hebdomadaire de l’Union sioniste. « C’est le sens naturel de la justice qui est ancré dans les cœurs de nombreux Israéliens qui ont foi en la dignité humaine ».

Herzog a indiqué qu’il avait consulté de nombreux spécialistes sur la question. Il a expliqué que les experts israéliens qui se sont récemment rendus en Ouganda et au Rwanda – les deux pays où Israël enverrait les migrants, dont la majorité est originaire d’Erythrée et du Soudan – ont tiré comme conclusion « que ces Etats n’ont pas les infrastructures suffisantes pour tenir les engagements du gouvernement pris devant la haute cour de justice ».

Herzog a vivement recommandé au gouvernement de mettre un terme au plan et d’étudier minutieusement la question avant de passer à l’action.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...