Heurts entre émeutiers palestiniens et police au mont du Temple à Jérusalem
Rechercher

Heurts entre émeutiers palestiniens et police au mont du Temple à Jérusalem

Cet incident est survenu alors que le groupe terroriste du Hamas a appelé à une "journée de colère" dans la capitale

Photo d'illustration : Les agents de police israéliens pendant des affrontements contre des manifestants dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 mai 2021. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)
Photo d'illustration : Les agents de police israéliens pendant des affrontements contre des manifestants dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 mai 2021. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

Le Croissant rouge palestinien a fait savoir que 15 personnes ont été blessées dans des affrontements entre les Palestiniens et la police sur le site sensible du mont du Temple, à Jérusalem.

La police a indiqué qu’à peine les prières du vendredi terminées, des centaines de jeunes musulmans avaient commencé à se livrer à des émeutes, jetant des pierres et des cocktails Molotov en direction des forces de l’ordre.

Les agents ont alors reçu l’ordre d’entrer sur le site pour calmer les agitations et disperser la foule.

Cet incident est survenu alors que le groupe terroriste du Hamas a appelé à une « journée de colère » dans la capitale. Même si le groupe terroriste a stoppé ses tirs de roquettes sur Israël avec la mise en vigueur d’un cessez-le-feu à Gaza, il tente néanmoins de conserver les tensions élevées à Jérusalem.

Et en effet, la police se préparait, dans la journée, à de possibles agitations à Jérusalem-Est suite aux revendications de victoire du Hamas à l’issue du dernier conflit.

Les forces de la police des Frontières auraient mené ainsi des inspections et interrogeraient les individus qui vont et viennent à Jérusalem-Est, en particulier aux alentours de la Vieille Ville et à l’entrée et à la sortie de certains quartiers palestiniens, a noté Kan.

Aux premières heures de la journée de vendredi, le Hamas a revendiqué la victoire après l’annonce officielle par Israël de l’acceptation du cessez-le-feu qui est venu clore onze jours de combats.

Ces dernières semaines, des Palestiniens ont brandi le drapeau de l’organisation terroriste sur le mont du Temple et des fidèles auraient scandé des slogans soutenant le Hamas et l’appelant à attaquer l’État juif.

Des Palestiniens brandissent des drapeaux du groupe terroriste du Hamas après les prières de l’après-midi au cours du dernier vendredi du mois du Ramadan, sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 7 mai 2021. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

Les groupes terroristes palestiniens ont lié les tirs de roquette depuis Gaza – qui se sont arrêtés vendredi – aux agitations à Jérusalem liées à la fois à la prière sur le mont du Temple pendant le mois sacré du Ramadan, et à l’expulsion en suspens d’un certain nombre de familles palestiniennes du quartier Sheikh Jarrah.

De l’autre côté, en Cisjordanie, l’armée israélienne se préparait également à de potentielles violences. Elle s’inquièterait d’éventuels affrontements entre les Palestiniens et les militaires à l’issue des prières du vendredi.

Dans des villes qui sont des bastions du Hamas – comme Hébron – le groupe terroriste se prépare à fêter « la victoire de la résistance », selon Kan.

Des Palestiniens font les fête dans les rues suite à un cessez-le-feu négocié par l’Egypte entre Israël et le groupe terroriste du Hamas à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 21 mai 2021. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’armée israélienne a annoncé jeudi que des équipes de la police des frontières qui sont initialement déployées en Cisjordanie et qui avaient été envoyées à Lod, dans le centre du pays, pour aider à prendre en charge les émeutes interethniques qui ont eu lieu dans la ville, allaient être réaffectées à leur mission initiale.

Les tensions locales, à Lod, se sont apaisées de manière significative depuis samedi dernier, une journée marquée par des arrestations massives d’individus qui avaient été impliqués dans les émeutes par la police, et par l’annonce du Shin Bet que l’agence de sécurité aiderait à prévenir les violences entre Juifs et Arabes.

Vendredi, le Shin Bet a déclaré avoir arrêté des suspects Juifs en lien avec une attaque au couteau perpétrée le 13 mai sur un Arabe, à Jérusalem.

La victime, âgée d’une vingtaine d’années, avait été grièvement blessée au cours de cette agression que le Shin Bet avait qualifiée de « nationaliste ».

Le site d’information Ynet avait publié des images montrant les dégâts immédiats de l’attaque, avec une bande de jeunes Juifs extrémistes de droite qui s’en étaient pris avec violence à des agents de police qui se trouvaient sur les lieux.

Les violences, en Cisjordanie et à Jérusalem, avaient fortement augmenté lorsque les groupes terroristes de la bande de Gaza avaient commencé à tirer des roquettes vers Israël.

Photo d’illustration : Des manifestants palestiniens affrontent les forces de sécurité israéliennes aux abords du checkpoint de Hawara, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 18 mai 2021. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Dimanche, sept agents de la police des frontières ont été blessés – dont deux modérément – au cours d’une attaque à la voiture-bélier dans le quartier sensible de Sheikh Jarrah, à Jérusalem.

Samedi dernier, un Palestinien a été abattu alors qu’il tentait de commettre une attaque à proximité du carrefour de Dahariyya dans le sud de la Cisjordanie, avait annoncé l’armée. Une tentative similaire aux abords d’Ofra, vendredi dernier, avait aussi entraîné la mort du terroriste.

Par ailleurs, vendredi dernier encore, au moins neuf Palestiniens de Cisjordanie avaient été tués par des tirs israéliens au cours d’affrontements violents avec l’armée israélienne, avait indiqué le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne. Les Palestiniens avaient jeté des pierres, des cocktails Molotov et des pétards dans plusieurs secteurs de toute la Cisjordanie, avaient noté les soldats.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...