Hollande invoque « les valeurs de la République » face à l’extrême droite
Rechercher

Hollande invoque « les valeurs de la République » face à l’extrême droite

Le Front national de Marine Le Pen est arrivé en tête lors du premier tour dans six régions sur les 13 de la métropole

François Hollande, alors candidat du Parti socialiste et du Parti radical de gauche pour l'élection présidentielle de 2012, au meeting socialiste de Besançon du 10 avril 2012. (Crédit : Wikimedia commons/CC.BY SA 3.0)
François Hollande, alors candidat du Parti socialiste et du Parti radical de gauche pour l'élection présidentielle de 2012, au meeting socialiste de Besançon du 10 avril 2012. (Crédit : Wikimedia commons/CC.BY SA 3.0)

Le président François Hollande a appelé mercredi « tous les responsables politiques » à la « clarté » et à défendre « les valeurs de la République » avant le second tour dimanche d’élections régionales pour lesquelles l’extrême droite française est favorite.

Dimanche dernier, le parti Front national de Marine Le Pen est arrivé en tête lors du premier tour dans six régions sur les 13 de la métropole.

Depuis lundi, gauche et droite affichent leurs divisions face à la progression de l’extrême droite dans le paysage politique français.

Les socialistes ont appelé à voter en faveur de l’opposition dans deux régions. La droite, minée par des dissensions, a refusé de faire de même dans les régions où elle est arrivée en troisième position.

Les « choix dans les débats nécessitent de la part de tous les responsables politiques la clarté dans les attitudes, dans les comportements, dans les choix et la défense des valeurs de la République », a déclaré le président français, cité par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, à l’issue du Conseil des ministres hebdomadaire.

Son propos, qui n’identifie aucun parti, vise clairement le Front national et le parti de droite Les Républicains de l’ex-président Nicolas Sarkozy.

Soulignant que ces élections étaient « importantes », le président Hollande a fait valoir que « les régions ont de grandes compétences pour préparer l’avenir », a ajouté le porte-parole, en citant l’éducation, les transports, l’environnement, la formation professionnelle et l’économie.

Il s’agit de « la capacité que nous avons à permettre des investissements et à donner à nos entreprises les capacités à la fois d’innover et d’exporter ».

« C’est aussi un enjeu d’unité » et « républicain », a ajouté François Hollande, selon Stéphane le Foll.

« La plus grande imposture de l’extrême droite c’est, sans le dire, de préparer un grand retour en arrière », a déclaré de son côté le Premier ministre, Manuel Valls.

« Ils veulent retourner avant 1905, retourner vers ces guerres de religions qui sont autant de cicatrices profondes dans l’histoire de notre Nation », a-t-il dit dans un discours à la Bibliothèque nationale de France (BnF), à l’occasion de la journée de la laïcité, qui marque les 110 ans de la loi de 1905 séparant les Eglises et l’Etat.

44,6 millions d’électeurs sont appelés dimanche à élire des listes pour diriger 13 régions en métropole. Lors du premier tour, au plan national, l’extrême droite a pris la première place devant le parti Les Républicains et la gauche au pouvoir en France.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...