Hollande : Ouverture d’un musée dans un camp nazi de triste mémoire
Rechercher

Hollande : Ouverture d’un musée dans un camp nazi de triste mémoire

47 000 personnes ont été emprisonnées au Camp Amersfoort, dont des centaines de Juifs qui avaient ensuite été envoyés dans les camps de la mort en Pologne

Deux étudiantes visitent le musée du Camp Amersfoortaux Pays-Bas, le 19 avril 2021. (Crédit : Mike Bink/National Monument Kamp Amersfoort, via JTA)
Deux étudiantes visitent le musée du Camp Amersfoortaux Pays-Bas, le 19 avril 2021. (Crédit : Mike Bink/National Monument Kamp Amersfoort, via JTA)

AMSTERDAM (JTA) — Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a inauguré un musée sur le site qui a accueilli l’un des camps nazis les plus tristement célèbres de la Hollande, 80 ans après sa construction.

Le monument national du Camp Amersfoort est un vaste espace souterrain et obscur où se trouvent des portraits et des récits sur les 47 000 personnes environ qui ont été détenues dans le camp, qui est situé dans le centre des Pays-Bas. Des écrans tactiles permettent aux visiteurs de découvrir les anciens prisonniers et d’en apprendre davantage sur leurs histoires respectives.

Au moins 850 détenus du Camp Amersfoort étaient Juifs, selon les documents nazis, mais leur nombre réel est probablement nettement supérieur, note le site internet du musée.

Les prisonniers juifs étaient brièvement incarcérés là avec les communistes, les dissidents, les homosexuels et ceux qui avaient tenté d’échapper au travail forcé. Mais les Juifs étaient ensuite transportés à Westerbork, une structure située dans l’Est de la Hollande où la majorité des Juifs étaient placés en détention avant d’être envoyés dans les camps de la mort de la Pologne.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte (Crédit : Bart Maat / ANP / AFP)

« Nous nous confrontons ici à l’inimaginable souffrance qui est survenue à cet endroit », a dit Rutte pendant l’inauguration en présence d’un petit nombre d’invités seulement, pour cause de restrictions induites par la pandémie. « Nous laissons ces histoires nous pénétrer et nous pouvons ainsi tirer les leçons qu’elles nous offrent aujourd’hui. »

Une cérémonie de commémoration a lieu chaque année dans ce camp, qui a été construit en 1941. À cette occasion, en 2019, des proches Juifs et non-Juifs des victimes avaient chanté la berceuse « Durme Durme » (« Dors, dors ») en Ladino, en brandissant des photos des victimes assassinées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...