Hôpitaux en Israël : certains se demandent d’où viendront les médecins en plus
Rechercher

Hôpitaux en Israël : certains se demandent d’où viendront les médecins en plus

Les experts ont estimé que l'arrivée de milliers de médecins pour affronter la pandémie est une bonne idée, mais il sera difficile de trouver des professionnels parfaitement formés

Des agents de santé dans le service de coronavirus de l'hôpital Ziv à Safed, le 11 août 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Des agents de santé dans le service de coronavirus de l'hôpital Ziv à Safed, le 11 août 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Les professionnels de la santé ont salué mercredi un plan visant à stimuler les investissements et les effectifs dans les hôpitaux israéliens afin de gérer la pandémie, mais ont exprimé leur scepticisme quant au réalisme du dispositif.

Mercredi, le Premier ministre Naftali Bennett a annoncé un investissement de 2,5 milliards de shekels dans les infrastructures de santé afin de lutter contre la variante ultra-contagieuse du coronavirus Delta.

Il a précisé que le gouvernement allait recruter 2 000 médecins, infirmières, personnel hospitalier et paramédical supplémentaires afin de « se préparer à une augmentation significative du nombre de patients hospitalisés pour le COVID. » Les nouveaux recrutements, qui devraient être permanents, aideront Israël à « gagner du temps jusqu’à ce que le système de vaccination commence à faire baisser l’épidémie. »

Il s’agissait d’une référence aux rappels de vaccins, qui sont administrés aux Israéliens immuno-déprimés et aux personnes âgées de plus de 60 ans, et qui sont envisagés pour les citoyens plus jeunes.

La mise en œuvre du plan est une course contre la montre, les responsables de la santé prévoyant qu’Israël pourrait voir les hôpitaux envahis par 4 800 patients atteints de coronavirus, dont la moitié souffrirait d’épisodes graves de COVID-19, d’ici un mois. Mais les médecins seniors se demandent d’où viendront les médecins et autres travailleurs de la santé.

« C’est une étape très importante, mais je ne pense pas que nous puissions immédiatement recruter le personnel », a déclaré le professeur Ehud Grossman, chef de la médecine interne à l’hôpital Sheba, au Times of Israel.

Des médecins dans le service d’isolement du coronavirus du centre médical Sheba à Ramat Gan, le 30 juin 2020. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Grossman, qui est également doyen de l’établissement médical de l’Université de Tel Aviv, a déclaré qu’Israël n’a pas un nombre énorme de médecins et d’infirmières au chômage.

« Quand il y a des gens, il faut du temps pour les recruter et les former », a-t-il dit.

« C’est un grand mouvement, c’est très utile et une bonne idée, mais cela ne fera pas une différence immédiate », a ajouté Grossman. « Cela aidera, mais pas de la manière dont c’est présenté, comme si c’était la solution. Ce n’est pas la solution, mais plutôt un autre moyen de nous donner un peu plus de temps pour faire face à la pandémie. »

Israël dispose d’un réservoir de personnel potentiel, constitué de médecins qui travaillent dans la haute technologie au lieu de la médecine, de personnes qui ont pris leur retraite et de ceux qui ont été formés à l’étranger et qui attendent l’approbation avant de pouvoir travailler. Mais cela ne permettra pas de combler tous les postes immédiatement.

Alex Weinreb (Crédit : courtoisie)

« Si [Bennett est] à la recherche de médecins et d’infirmières pleinement qualifiés, je ne sais pas comment il va les sortir du chapeau », a déclaré le professeur Alex Weinreb, expert en santé et directeur de recherche au groupe de réflexion politique Taub Center.

« S’il est heureux de recruter, en grande partie, des étudiants qui se destinent à la médecine, ceux qui ont reçu une certaine formation dans les écoles de médecine et d’infirmières, alors le plan est réaliste. Et ces personnes peuvent se charger d’un grand nombre de tâches qui doivent être accomplies actuellement dans les hôpitaux », a-t-il déclaré.

Le plan hospitalier découle de la décision du gouvernement d’éviter un confinement ou d’autres restrictions draconiennes visant à réduire le nombre de cas.

M. Weinreb a fait remarquer que la lassitude du public, après avoir déjà subi trois confinements, aurait probablement rendu irréaliste un quatrième.

« Le confinement pourrait être une solution, mais seulement si le public le tolérait et je ne suis pas sûr qu’il le fasse désormais », a-t-il déclaré. « Je pense donc qu’avec ce plan, le Premier ministre est réaliste par rapport à la situation actuelle du public ».

Une femme portant un masque facial est passée devant des magasins fermés au marché de Mahane Yehuda à Jérusalem, le 28 décembre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Grossman a déclaré qu’avec les nombres d’infections et de cas graves en hausse, et les questions qui planent sur le recrutement pour le nouveau plan, il est « préoccupé », mais pas paniqué.

Il s’attendait « certainement » à ce que les piqûres de rappel apaisent la crise, et a noté que les patients répertoriés comme gravement malades ne sont pas dans un état aussi grave que lors de la vague précédente, lors de laquelle beaucoup d’entre eux ont dû être intubés.

« C’est moins inquiétant que lors de la dernière vague », a-t-il déclaré. « Maintenant, nous voyons des patients sévères, mais en plusieurs jours, ils ont eu tendance à surmonter la maladie, apparemment parce que le vaccin les a aidés à la combattre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...