Rechercher

Houria Bouteldja force les portes de l’Université de Rennes 2

Interdite de conférence par la présidence de l'université, la présidente des Indigènes de la République s'est tout de même rendue à la présentation de son livre 'Les blancs, les juifs et nous'

Houria Bouteldja, du mouvement des Indigènes de la République. (Crédit : Wikimedia Commons/Claude Truong-Ngoc)
Houria Bouteldja, du mouvement des Indigènes de la République. (Crédit : Wikimedia Commons/Claude Truong-Ngoc)

La Licra s’est émue que la porte-parole du Parti des Indigènes Houria Boutledja est maintenue sa conférence dans les locaux de l’Université de Rennes 2, malgré l’interdiction de la présidence de l’institution.

Le collectif Docarene réunissant des doctorants et jeunes chercheurs précaires de l’Université de Rennes avait invité le 5 mai dernier Houria Bouteldja, présidente du parti des Indigènes de la République, à présenter son livre intitulé Les blancs, les juifs et nous.

Dans cet ouvrage, plusieurs passages sont donc consacrés aux Juifs, notamment à la page 49 où Bouteldja explique qu’on « reconnait les juifs à leur capacité à se fondre dans la blanchéité […], leur zèle à devenir les dhimmis de la République ».

Suite à une plainte du BNVCA et du CRIF, l’Université de Rennes a immédiatement réagit en précisant : « Elle a été interdite dès mardi en fin d’après-midi. La direction n’était même pas informée de la programmation de cette conférence. »

Une remarque dans ce livre avait fait bondir Ivan Segré, un de ses ex-compagnons dans cette galaxie ayant Alain Badiou pour centre de gravité.

« Le pire, c’est mon regard, lorsque dans la rue, je croise un enfant portant une kippa, écrit-elle. Cet instant furtif où je m‘arrête pour le regarder. Le pire c’est la disparition de mon indifférence vis-à-vis de vous, le possible prélude de ma ruine intérieure ».

Quand Bouteldja est la spectatrice passive de sa propre haine…

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...