Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Huit mois après le 7 octobre, le combat de proches d’otages pour qu’on ne les oublie pas

Un peu avant leur témoignage à l'ONU, une conférence à Sderot évoque les difficultés des proches d’otages du Hamas et invite les journalistes à donner leur avis

L'acteur israélien Eyal Kitzis (à gauche) interviewe le cousin de l'otage du Hamas Gil Dickmann (au centre) dans le cadre d'une table-ronde de la conférence du Forum des proches d'otages et de disparus à Sderot, le 17 juin 2024. (Paulina Patimer/Forum des proches d'otages et de disparus)
L'acteur israélien Eyal Kitzis (à gauche) interviewe le cousin de l'otage du Hamas Gil Dickmann (au centre) dans le cadre d'une table-ronde de la conférence du Forum des proches d'otages et de disparus à Sderot, le 17 juin 2024. (Paulina Patimer/Forum des proches d'otages et de disparus)

Huit mois après le 7 octobre, les proches d’otages disent avoir du mal à continuer à faire parler des leurs, en Israël comme ailleurs.

Ils ont tout tenté ou presque pour faire en sorte que l’on parle encore des otages, en allant d’expositions artistiques sur la Place des Otages, à Tel Aviv à des intrusions lors de réunions de commissions de la Knesset, mais ils sont nombreux à avoir l’impression de ne plus intéresser le grand public.

« Je pense qu’il faut faire preuve d’imagination pour susciter l’intérêt », a témoigné Meirav Leshem-Gonen, la mère de Romi, enlevée par le Hamas le 7 octobre lors de l’attaque de la rave Supernova. Elle l’a fait devant le parterre de journalistes et d’influenceurs des réseaux sociaux réunis au centre communautaire de Sderot, lundi après-midi.

Faites pour attirer l’attention des médias, ces tables rondes organisées par le Forum des proches d’otages et de disparus ont attiré une centaine de personnes dans cette ville du sud d’Israël qui se remet doucement des massacres du Hamas.

Un grand nombre d’habitants sont revenus à Sderot pour y refaire leur vie, après le 7 octobre, mais les rues restent calmes et des soldats sont postés aux entrées de la ville.

De nombreux panélistes – proches d’otages, porte-paroles et journalistes – ont indiqué que le sort des otages n’intéressait plus guère en Israël.

« Cela fait plus de 200 jours, on a l’impression que les gens se sont habitués », a déploré Gil Dickmann, cousin de l’otage du Hamas, Carmel Gat. « Comment peut-on s’habituer à ce que des gens soient pris en otages ? C’est totalement anormal ».

Dickmann a expliqué de quelle manière il concevait le principe de défense des droits : « Il faut constamment innover. Si on a fait une chose une semaine, alors il faut faire quelque chose de différent la suivante – planter des tentes devant le domicile des membres du gouvernement, manifester à la Knesset. »

Des proches des otages enlevés par des terroristes du Hamas à Gaza – Gil Dickmann, au centre, dont la cousine Carmel Gat a été kidnappée – assistant à une audience de la commission de la Sécurité nationale de la Knesset, le 20 novembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lors de ces tables-rondes, d’autres participants ont évoqué l’indifférence, si ce n’est l’opposition, auxquels les défenseurs des otages sont confrontés à l’étranger.

« C’est terrible, il faut en faire toujours plus. Que peuvent-ils faire d’autre [les proches d’otages] pour attirer l’attention des médias étrangers ? », a questionné le correspondant national en chef d’ABC, Matt Gutman.

Cette conférence s’est tenue quelques jours avant son dernier appel en date à la communauté internationale, mercredi dernier, lorsque deux proches d’otages ont témoigné à Genève devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies dans le cadre d’une commission d’enquête.

Le Conseil et le gouvernement israélien ne sont pas en bons termes, essentiellement en raison de ce qu’Israël considère comme un parti pris anti-Israël de longue date.

Une des commissions sous son autorité a accusé l’armée israélienne d’avoir commis des crimes contre l’humanité lors de son offensive à Gaza, ce qu’Israël nie catégoriquement. Elle a par ailleurs constaté que les terroristes du Hamas avaient commis des crimes de guerre, notamment dans le cadre de son attaque sans précédent du 7 octobre dernier et des prises d’otages.

Mercredi dernier, la délégation israélienne a donc cédé son traditionnel temps de parole à Leshem-Gonen.

Pour cette dernière, les conclusions du rapport ne reflètent pas la réalité de l’attaque du 7 octobre. Elle a témoigné devant le Conseil des droits de l’homme le 19 juin dernier, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences sexuelles lors de conflits.

Elle a déploré que la commission ait banalisé « la gravité des violences sexuelles subies par les femmes en captivité en limitant leur souffrance au fait d’être montrées comme des trophées ».

Meirav Leshem-Gonen, mère de l’otage du Hamas Romi Gonen, parle des atrocités commises par le Hamas le 7 octobre devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève le 19 juin 2024. (Crédit : Mission permanente d’Israël auprès des Nations Unies à Genève)

Gonen a reproché à la commission ses « simplifications excessives et son attitude dédaigneuse », selon elle « révélatrices d’un plus gros problème, à savoir la réticence à affronter des vérités difficiles et la décision choquante de détourner le regard et d’abandonner des personnes sans défense ».

Lors de la conférence de la semaine dernière, Leshem-Gonen a, à l’instar d’autres proches d’otages, parlé de ses déceptions avant d’écouter les témoignages d’ex-otages raconter leur captivité aux mains du Hamas.

Danielle Aloni, 44 ans, libérée à la faveur d’un cessez-le-feu d’une semaine en novembre dernier, a rappelé depuis la tribune que les terroristes du Hamas l’avaient emmenée, elle et d’autres habitants de Nir Oz, dans les tunnels de Gaza dès le matin du 7 octobre, le jour où les terroristes ont tué plus de 1 200 personnes et fait 251 otages.

Danielle Aloni, ex-otage qui avait été enlevée en même temps que sa fille par le Hamas, évoque sa captivité lors d’une conférence du Forum des proches d’otages et de disparus à Sderot le 17 juin 2024. (Paulina Patimer/Forum des proches d’otages et de disparus)

« Je l’ai déjà dit et je n’ai pas à en avoir honte – le terroriste qui m’attendait dans le tunnel alors que je descendais l’échelle a arraché mes bijoux », a-t-elle déclaré. « Il m’a tripotée et s’en est pris à mon intimité d’une façon extrêmement humiliante, au vu et au su de ma fille – par peur, je n’ai pas protesté. »

Au début de la conférence, les journalistes ont évoqué leur manière de parler des otages et expliqué ce qui avait eu le plus d’impact auprès du grand public depuis leur média respectif. Ils ont dans l’ensemble souligné l’existence d’une énorme différence entre la presse internationale et israélienne en ce qui concerne la couverture de la guerre.

« Très honnêtement, les médias israéliens traitent moins de ce qui se passe à Gaza, sont moins enclins à l’empathie par rapport à ce qui s’y passe, à juste titre », a expliqué l’ex-rédacteur en chef de Ynet, Ron Yaron.

Selon Yaron, c’est parce que les Israéliens sont moins dupes de l’hypocrisie du Hamas, « qui, d’un côté, s’insurge de la mort de civils innocents et, de l’autre, cache des armes et des otages chez ces mêmes innocents ».

Pour ABC, Gutman a, dans le cadre de la table ronde dédiée aux journalistes étrangers anglophones, parlé dans le détail de l’équilibre qu’il tente de trouver entre l’évocation de la situation des otages et de leurs proches et la souffrance, selon lui, « indicible et ô combien réelle », côté palestinien.

« Il y a dissonance entre la question des otages et la guerre bien réelle qui se déroule, et le nombre très élevé de victimes côté palestinien », a déclaré Gutman.

Selon le ministère de la Santé de Gaza dirigé par le Hamas, plus de 37 000 personnes sont mortes ou présumées mortes du fait des combats dans la bande de Gaza. Ce bilan, invérifiable, comprend sans doute les 15 000 terroristes dont Israël revendique la mort lors du conflit, auquel s’ajoute le millier de terroristes tués en territoire israélien dans la journée du 7 octobre.

« Il faut constamment veiller à cet équilibre. Dans les informations, il faut aussi rendre compte des personnes tuées et des difficultés à Gaza. C’est très difficile de jongler entre les deux », a-t-il poursuivi.

Contrairement à d’autres membres de la table ronde, Gutman a confié que l’histoire des otages touchait de près nombre de ses téléspectateurs.

« Ce que vivent les otages, leurs proches, touche profondément les téléspectateurs, du moins ici, à ABC, dont l’audience est plutôt âgée. Enormément de personnes, au fin fond des Etats-Unis, s’identifient à ces familles, ces parents et grands-parents d’otages. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.