Israël en guerre - Jour 253

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Idan Edri, 36 ans : Un amoureux des animaux qui « allait simplement danser »

Assassiné lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023

Idan Edri, assassiné lors du Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)
Idan Edri, assassiné lors du Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre 2023. (Crédit : Facebook)

Idan Edri, 36 ans, originaire du kibboutz Hassolelim, dans le nord du pays, a été assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre.

Son père, Arik, a déclaré à la chaîne publique israélienne Kan que ce samedi matin, Idan avait dit à sa mère qu’on lui tirait dessus et qu’il y avait des terroristes, et qu’il avait ajouté : « Priez pour moi, et je vous aime, et dis à papa que je l’aime », avant que l’appel ne soit interrompu. C’est la dernière fois qu’ils ont eu de ses nouvelles.

Il a été considéré comme porté disparu pendant une semaine, jusqu’à ce que sa famille soit informée que son corps avait été retrouvé. Il a été enterré le 15 octobre dans le kibboutz. Il laisse derrière lui ses parents, Yosefa et Arik, et son frère Dor.

Son cousin germain, Elkana Bohbot, était également présent au festival et a été pris en otage à Gaza.

Idan, qui a servi dans la Brigade Golani pendant son service obligatoire dans l’armée israélienne, vivait dans un appartement loué à Afula et étudiait la naturopathie au Reidman College. Idan était un amoureux des animaux – il recueillait de nombreux chiens et chats errants – et un fervent supporter de l’équipe de football du Beitar Jérusalem.

Sa proche amie, Daniela Gandi, s’est exprimée sur Facebook en ces termes : « Mon Idani. Dans mes pires cauchemars, je n’aurais jamais pensé devoir faire ton éloge funèbre. Que je parlerais de toi au passé. Nous sommes devenus très proches l’année dernière, tu es devenu mon meilleur meilleur ami. Le premier à qui je demandais conseil, le premier avec qui j’allais boire une bière, le premier avec qui je voulais me lâcher quand j’étais un peu perdu. »

Gandi a écrit qu’Idan était « une personne pleine d’humour qui prenait la vie avec sérénité, juste pour kiffer et embrasser avec amour ‘parce que tout allait vraiment bien’. Ce qui doit arriver arrive – cela m’a toujours donné de la force ! Ton optimisme et ta joie ».

« Mon frère aîné et bien-aimé était une personne dominante et très bruyante, sa présence se faisait sentir partout et, même dans ses derniers instants, il a veillé à ce que ceux qui l’entouraient restent proches (…). Tu es toujours dans mon cœur, je pense à toi tous les jours et tu seras toujours au premier plan de mes pensées », a écrit son frère Dor.

Un mois après sa mort, son père, Arik, a écrit sur Facebook qu’il avait vécu « 30 jours de tristesse, de douleur et de désir indescriptible ».

« Un vide énorme demeure dans nos cœurs, mais tu dois savoir qu’il n’y a pas un seul moment où nous, maman et Dor ton frère, ne pensons pas à toi et où tu nous manques », a-t-il ajouté.

« Il ne se passe pas un jour sans que nous recevions un appel d’un ami proche ou de personnes qui t’ont connu et qui nous racontent quel ami au grand cœur et à la générosité infinie tu étais – cela nous remplit de fierté et nous donne un peu d’énergie pour vivre. »

Trois mois après sa mort, sa famille s’est rendue sur le site du festival pour lui rendre hommage.

« Mon fils bien-aimé Idan, tu as été assassiné alors que tu allais simplement danser (…) et tu nous as laissés avec une blessure béante et un cœur brisé », a écrit sa mère, Yosefa, sur Facebook.

« La douleur n’est pas guérie, j’espère que tu nous donneras la force de l’affronter, mon chéri. »

« Tu étais un enfant de la vie, et ces monstres y ont mis fin. »

« J’espère que tu danses là-haut et que tu remets les choses en ordre comme toi seul sait le faire. En mémoire d’Idan, l’intelligent, le sensible, le plus grand des cœurs, le champion, le roi qui ne demandait qu’à vivre. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.