Identifier les terroristes et les pédophiles ?
Rechercher

Identifier les terroristes et les pédophiles ?

Faception affirme que son programme peut repérer les criminels en une demi seconde ; les experts ne sont pas convaincus

Une image prise à partir d'une présentation datant de mai 2016  du co-fondateur de Faception, Shai Gilboa (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Une image prise à partir d'une présentation datant de mai 2016 du co-fondateur de Faception, Shai Gilboa (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Une start-up basée à Tel-Aviv affirme qu’elle a mis au point un programme pour identifier les types de personnalité tels que les terroristes, les pédophiles, les délinquants en col blanc et même les grands joueurs de poker grâce à l’analyse du visage qui prend juste une fraction de seconde.

Faception prétend qu’elle a signé un contrat avec une agence de sécurité intérieure pour aider à identifier les terroristes, a signalé le Washington Post mardi.

En outre, elle affirme qu’elle a réussi à identifier neuf des terroristes impliqués dans les attentats terroristes de novembre à Paris, selon le Daily Mail.

Elle affirme également que sa technologie a été en mesure de classer avec précisions 25 des 27 images faciales entre les groupes joueurs de poker et les non-joueurs de poker dans un blind test.

Affirmant que le visage humain reflète l’ADN d’une personne, Faception a développé 15 « classificateurs », dont chacun décrit un certain type de personnalité ou un trait de caractère.

Ces classificateurs sont utilisés pour coder des images faciales prises à partir de flux vidéo, de caméras et de bases de données ligne et hors ligne pour faire « correspondre un individu avec divers traits de personnalité et types avec un haut niveau de précision », selon le site Web de la société.

Mais les experts mettent en garde sur les limites de la technologie et que des questions éthiques se posent.

Le professeur de psychologie de Princeton, Alexander Todorov, un expert dans la perception du visage, a déclaré au Washington Post : « la preuve de l’exactitude de ces jugements est extrêmement faible ».

Le professeur Pedro Domingos de l’université de Washington, qui a écrit « The Master Algorithm » a demandé de manière rhétorique : « pourrais-je prédire que vous êtes un meurtrier à la hache en regardant votre visage et donc devrais-je vous arrêter… Vous pouvez voir comment cela serait controversé ? ».

Il a remis en question le lien entre les systèmes d’intelligence artificielle et les marqueurs utilisés, donnant l’exemple d’un collègue qui a développé un système qui a différencié avec à peu près 100 % de réussite les chiens et les loups, mais a invoqué le fait que tous les loups ont été photographiés avec en fond de la neige.

Domingos a soutenu dans le Washington Post : « si quelqu’un serait venu me voir en disant : ‘je suis une entreprise qui va essayer de le faire’, ma réponse serait : ‘non , aller faire quelque chose de plus prometteur’ ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...