« Il m’a dit : ‘Faites tout ce que Sara demandera », dit Hadas Klein de Netanyahu
Rechercher

« Il m’a dit : ‘Faites tout ce que Sara demandera », dit Hadas Klein de Netanyahu

Dans le témoignage d'une conseillère des milliardaires Milchan et Packer, l'épouse du Premier ministre réclame notamment des manteaux - et un kit de rasage à une heure du matin

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se réjouit avec son épouse Sara avant de s'adresser aux partisans du Likud alors que les résultats des élections générales israéliennes sont annoncés, au siège du parti à Tel Aviv, au petit matin le 10 avril 2019. (Yonatan Sindel/FLASH90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se réjouit avec son épouse Sara avant de s'adresser aux partisans du Likud alors que les résultats des élections générales israéliennes sont annoncés, au siège du parti à Tel Aviv, au petit matin le 10 avril 2019. (Yonatan Sindel/FLASH90)

De nouveaux détails ont été révélés dans l’un des dossiers de corruption impliquant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, soulignant sa relation douteuse avec les hommes d’affaires James Packer et Arnon Milchan.

Dans ce qui est appelé « l’Affaire 1000 », Netanyahu est soupçonné d’avoir reçu des cadeaux illégaux et des faveurs de la part de Packer et de Milchan en échange de la promotion de leurs intérêts commerciaux.

Dans un témoignage livré devant les policiers dont des extraits ont été diffusés vendredi soir par la Douzième chaîne, Hadas Klein, assistante personnelle des deux magnats, a raconté les requêtes suspectes soumises par la famille Netanyahu à Packer.

Selon Klein, Packer a rencontré pour la première fois Netanyahu au cours de l’été 2013. Il lui avait été présenté par Milchan.

« Packer avait été enthousiasmé par Netanyahu. La famille Netanyahu avait été enthousiasmée à l’idée de l’utiliser », a-t-elle dit. « Packer a acheté une villa adjacente à celle de la famille Netanyahu [à Césarée]. Netanyahu avait été personnellement impliqué dans cet achat auprès d’un agent immobilier. »

Hadas Klein (Capture d’écran : Twitter)

Elle a ajouté que la famille Netanyahu avait réclamé un passage ouvert entre les deux habitations mais que l’agence de sécurité du Shin Bet, responsable de la sécurité du Premier ministre, s’y était opposée avec force. « La famille Netanyahu a demandé et reçu une clé de Packer », a-t-elle noté.

Entre autres accusations contre Netanyahu, la famille du Premier ministre aurait pris des objets dans l’habitation de Packer en son absence.

Klein a également raconté que lors de Yom HaShoah, Sara Netanyahu l’avait contactée et qu’elle avait demandé que Packer et Milchan mettent la main à la poche pour la rénovation de la piscine privée familiale, les responsables de l’Etat ayant approuvé des travaux pour une somme à hauteur de 70 000 shekels mais les Netanyahu préférant faire appel aux services d’une entreprise qui facturait l’ouvrage 120 000 shekels.

Le Premier ministre allait souvent se baigner dans la piscine de Packer, a expliqué Klein. Interrogée sur la raison pour laquelle il n’utilisait pas la sienne, Sara avait répondu à Klein que « la nôtre n’est pas chauffée et c’est trop cher à faire ».

Klein a également raconté qu’à la veille des funérailles de l’ex-Premier ministre israélien Shimon Peres au mois de septembre 2016, elle avait reçu un coup de téléphone de Sara Netanyahu, à une heure du matin, qui lui demandait d’envoyer des rasoirs et la mousse à raser de Packer à Jérusalem pour le Premier ministre.

Lorsqu’elle avait répondu que les objets utilisés par Packer pouvaient être trouvés dans tous les supermarchés, Sara avait répondu, selon Klein : « C’est très, très cher. Vous voulez vraiment qu’il ne soit pas rasé lors des funérailles ? A cause de vous, il ne sera pas rasé de près pour les funérailles ».

Le chauffeur de Packer avait donc été envoyé à Jérusalem, un voyage d’une heure dix en voiture dans le meilleur des cas.

Klein a également dit qu’avant l’anniversaire du Premier ministre, Sara avait demandé à ce que l’homme d’affaires lui achète un manteau de la marque Columbia, cette dernière « allant vraiment très bien à Bibi ». Lorsque le manteau avait été offert, l’épouse du Premier ministre n’avait pas pour autant été satisfaite.

James Packer, co-président de Melco Crown Entertainment, intervient lors d’une conférence de presse du projet Studio City à Macao, le 27 octobre 2015. (Kin Cheung/AP)

« Et moi ? Je n’ai pas de manteau ? », se serait-elle exclamé. « Nous partons dans le nord pour fêter notre anniversaire et il y fait très froid. Vous ne voulez pas qu’on fête notre anniversaire ? »

Et Sara avait obtenu elle aussi un manteau, a continué Klein.

Les demandes ne concernaient pas seulement le Premier ministre. Après que ce dernier a décidé que le fils du couple, Yair, ne pourrait se joindre à Packer pour une croisière sur son yacht, Sara avait téléphoné et demandé à ce qu’il soit toutefois autorisé à participer au voyage, a raconté Klein. Lorsqu’il lui avait été répondu que le yacht était déjà plein, elle avait demandé à ce qu’un autre soit affrété. Packer avait acquiescé.

Klein a indiqué qu’après une dispute avec l’épouse du Premier ministre, le Premier ministre lui avait téléphoné et lui avait demandé de se plier aux demandes de Sara.

« Sara est une femme merveilleuse, faites tout ce qu’elle vous demande », aurait dit Netanyahu à Sara, selon le témoignage apporté par Klein à la police. « Arrêtez de vous placer du côté des médias. Arrêtez de vous montrer si gauchiste ».

Un porte-parole du Premier ministre a déclaré que le reportage était « un concentré de mensonges », avec pour objectif de « continuer l’assassinat de la famille Netanyahu. Le public ne l’a pas acheté avant les élections, et il ne l’achètera pas maintenant ».

Le producteur hollywoodien Arnon Milchan (Crédit : capture d’écran YouTube/amitost)

Il a également déclaré que la famille porterait plainte contre les fuites de l’enquête.

« Quand la police commencera-t-elle enfin à enquêter sur un seul de ces crimes ? », a-t-il demandé.

Ce reportage suit plusieurs révélations de l’enquête qui ont été faites la semaine dernière, notamment celle selon laquelle le Premier ministre aurait contacté Klein à de multiples reprises lors de Yom HaShoah, en 2016, pour demander des cigares à Milchan.

Selon le procureur-général Avichai Mandelblit, le Premier ministre et son épouse ont reçu des cadeaux avoisinant les 701 146 shekels en cigares, champagne et bijoux de la part de Milchan et d’une valeur de 229 174 shekels en cigares et champagne de Packer.

Mandelblit a expliqué qu’il avait l’intention d’inculper Netanyahu, qui a clamé son innocence, de fraude et d’abus de confiance dans le dossier et sous réserve d’une audience. Ni Milchan ni Packer ne font pour leur part l’objet de poursuites.

Les détails des témoignages dans l’affaire ont commencé à émerger ces derniers jours, après que les avocats de Netanyahu se sont saisis des dossiers établis dans le cadre des affaires de corruption impliquant le Premier ministre après s’être refusés à aller les récupérer pendant plus d’un mois. L’équipe de la défense a été accusée de tenter de reporter une audition de pré-inculpation qui devrait avoir lieu avant le 10 juillet. Ils ont affirmé que ces retards avaient été causés par des questions non-résolues sur leur paiement.

Un porte-parole de Netanyahu a attribué la responsabilité de ces retards de paiement à l’Etat, citant le refus opposé par les responsables au règlement des factures judiciaires du Premier ministre par de riches bienfaiteurs étrangers.

Les avocats de Netanyahu sont actuellement en conflit avec la commission des permis du bureau du contrôleur d’Etat suite à la demande émise par le Premier ministre de financer sa défense en recourant à l’aide d’étrangers fortunés. La commission a déjà rejeté cette demande à deux reprises. Elle a fait savoir dimanche qu’elle n’accepterait de reprendre en compte le dossier que si Netanyahu acceptait de divulguer des détails sur ses avoirs propres, ce qu’il s’est refusé à faire jusqu’à présent.

La commission a déclaré qu’il était inapproprié que des bienfaiteurs non-israéliens paient la défense du Premier ministre dans un dossier clamant qu’il a reçu des cadeaux illicites de la part de riches individus en Israël et à l’étranger.

En plus de l’Affaire 1000, Netanyahu a été accusé de fraude et d’abus de confiance dans l’Affaire 2000 et de pots-de-vin, de fraude et d’abus de confiance dans l’Affaire 4000.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...