Inauguration du train rapide Jérusalem-aéroport Ben-Gurion
Rechercher

Inauguration du train rapide Jérusalem-aéroport Ben-Gurion

La ligne ne va pour le moment qu'à l'aéroport et devrait ne couvrir tout son parcours jusqu'à Tel Aviv que dans quelques mois

Benjamin Netanyahu embarque dans un train de Tel Aviv à Beer sheva le 13 novembre 2012 (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)
Benjamin Netanyahu embarque dans un train de Tel Aviv à Beer sheva le 13 novembre 2012 (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

Une décennie après la date prévue pour sa première mise en service, le train à grande vitesse entre Jérusalem et Tel Aviv devrait être inauguré jeudi en grande fanfare – même s’il devrait circuler lentement et ne pas couvrir tout son itinéraire initial entre la capitale et Tel Aviv, au moins pendant encore quelques mois.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Transports Israel Katz ouvriront officiellement la ligne par un voyage inaugural depuis Jérusalem. Néanmoins, s’ils souhaitent aller jusqu’à Tel Aviv, ils se verront dans l’obligation de descendre à l’aéroport Ben-Gurion et de quitter ce train électrique à la pointe de la technologie pour rejoindre une ligne régulière diesel qui part de l’aéroport vers la ville côtière.

La ligne, une fois terminée, devrait assurer la liaison entre les deux villes en moins de 30 minutes. Mais l’infrastructure électrique n’a été terminée que jusqu’à l’aéroport et la voie jusqu’à Tel Aviv ne devrait pas être pleinement opérationnelle avant 2019. De plus, en raison de précautions sécuritaires renforcées, les trains circuleront à vitesse réduite.

Les planificateurs ont, à l’évidence, mal calculé le temps nécessaire pour achever la construction de la voie à Tel Aviv qui – contrairement à celles entre l’aéroport et Jérusalem – suit un parcours ferroviaire d’ores et déjà exploité, ce qui signifie que les travaux ont eu lieu seulement la nuit pour éviter des perturbations aux voyageurs.

Conçu dans les années 1990 avec une mise en service qui avait été initialement prévue en 2009, le projet a souffert de multiples retards depuis le début de sa construction en 2009.

Une vue aérienne du pont du train à grande vitesse entre Jérusalem et Tel Aviv, le 3 juillet 2017 (Crédit : Gidi Avinary/Flash90)

Pour le moment, les passagers pourront donc profiter d’un voyage de 21 minutes depuis la gare de Yitzhak Navon de Jérusalem, aux abords de la gare routière, jusqu’à Ben-Gurion. Mais ils devront prendre leurs billets en ligne pour acheter un siège dans l’un des seuls trains par heure desservant les deux directions.

La compagnie ferroviaire israélienne aurait subi des pressions intenses de la part du ministère des Transports pour terminer au moins une partie du projet pour la fête de Souccot (qui débute dimanche soir) – conformément à ce qui avait été promis par Katz.

Avant le voyage inaugural, une courte cérémonie aura lieu à la gare de Jérusalem à laquelle assisteront Netanyahu, Katz et des responsables de la compagnie ferroviaire israélienne.

La ligne devait ouvrir au mois de mars mais cette date avait été reportée en raison de contrôles sécuritaires supplémentaires à effectuer.

Un rapport émis en octobre 2017 par le procureur de l’Etat avait estimé qu’il était hautement improbable que le train soit opérationnel à cette date, avertissant que griller certaines étapes pour achever le projet au mois d’avril réduirait la qualité du travail réalisé, compromettrait la sécurité et mènerait à une hausse globale des coûts.

Le système de transport public en Israël repose essentiellement sur les autobus. Le train n’y représente que 6% des transports publics, contre 30 à 60% dans de nombreux autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), comme l’a souligné cette organisation dans un rapport sur l’économie israélienne publié en janvier 2016.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...