Rechercher

Inauguration d’un « espace muséal juif » à Tanger

L’édifice, d’une superficie de 260 m2, abrite trois salles d’expositions, des coursives autour du patio de la synagogue et une boutique de souvenirs

Un homme déambule dans les rues de la Vieille Ville de portuaire de Tanger, au Maroc, le 13 août 2018. (Crédit : AFP/ FADEL SENNA)
Un homme déambule dans les rues de la Vieille Ville de portuaire de Tanger, au Maroc, le 13 août 2018. (Crédit : AFP/ FADEL SENNA)

Un « espace muséal de la mémoire juive », nommé « Beit Yehouda », a été inauguré le 19 août dernier à Tanger, dans le nord du Maroc, a rapporté la presse locale.

La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs représentants officiels et responsables associatifs.

L’édifice, d’une superficie de 260 m2, abrite trois salles d’expositions, des coursives autour du patio de la synagogue et une boutique de souvenirs.

Un centre d’études et de recherches dédié au judaïsme du nord du Maroc, qui regroupera une dizaine d’experts de haut niveau, collaborateurs de grandes universités aux États-Unis, en France, au Canada, en Belgique, en Israël et en Espagne, devrait également prochainement voir le jour.

Cette inauguration s’inscrit dans le cadre du programme de la seconde phase de réhabilitation du patrimoine culturel présenté en 2018 par le Conseil des communautés israélites du Maroc, lequel a bénéficié du haut patronage du roi Mohammed VI, a précisé le journal Le360.

Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc (CCIM), a expliqué que la synagogue avait fait l’objet ces derniers mois de travaux de réhabilitation dans le cadre du programme de réhabilitation et de valorisation de la médina de Tanger et de restauration de l’ensemble des lieux de culte qui constituent des espaces à forte portée civilisationnelle.

La synagogue a ainsi pu être réédifiée à l’identique, dans le respect de ses composants datant de plus d’un siècle. Les travaux ont nécessité un budget global de 2 millions de dirhams (près de 200 000 euros) et ont été financés par le département marocain de la Culture.

Le projet a également été mené par l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), avec le soutien de la wilaya de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

Sonia Cohen Azagury, chargée de la conservation du patrimoine juif de Tanger, a souligné le fait que ce projet avait pour objectif de « préserver et de promouvoir le patrimoine culturel spécifique du judaïsme dans la zone nord du Royaume, ses us et coutumes et ses traditions religieuses », écrit Le360.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...