Indignation de l’ex-envoyé israélien en Thaïlande après la libération d’Iraniens
Rechercher

Indignation de l’ex-envoyé israélien en Thaïlande après la libération d’Iraniens

Itzhak Shoham a déclaré que les poseurs de bombes libérés en échange de Kylie Moore-Gilbert devraient "pourrir en prison" pour avoir planifié une attaque contre des Israéliens

Saeid Moradi (au centre), un Iranien soupçonné d'être impliqué dans les attentats à la bombe de février 2012 à Bangkok, et son collègue Mohammad Khazaei (2e à droite) comparaissent devant un tribunal de Bangkok le 22 août 2013. ( Crédit : Pornchai Kittiwongsakul/AFP)
Saeid Moradi (au centre), un Iranien soupçonné d'être impliqué dans les attentats à la bombe de février 2012 à Bangkok, et son collègue Mohammad Khazaei (2e à droite) comparaissent devant un tribunal de Bangkok le 22 août 2013. ( Crédit : Pornchai Kittiwongsakul/AFP)

L’ancien ambassadeur d’Israël en Thaïlande a fait part de son indignation suite à la libération de trois Iraniens arrêtés pour avoir fomenté un attentat à la bombe en 2012 à Bangkok contre des diplomates israéliens.

Le département correctionnel thaïlandais a déclaré jeudi que deux des hommes – Masoud Sedaghatzadeh et Saeid Moradi – ont été transférés comme prisonniers tandis que le troisième, Mohammad Khazaei, avait bénéficié d’une grâce royale en août.

Les responsables thaïlandais n’ont pas explicitement lié ce transfert à la libération de la spécialiste du Moyen-Orient Kylie Moore-Gilbert, qui est retournée en Australie après deux ans de détention en Iran pour espionnage.

Mais la télévision d’Etat iranienne a déclaré mercredi que Moore-Gilbert avait été échangée contre trois Iraniens.

« Je ne sais rien de cet échange au-delà de ce qui a été publié. Bien sûr, cela m’attriste de voir ces images alors que [les Iraniens] font la fête au lieu de pourrir en prison, s’ils n’ont pas déjà été exécutés », a déclaré l’ex-ambassadeur Itzhak Shoham à la Douzième chaîne.

Shoham a déclaré que « ma seule consolation » est que le général Qassem Soleimani, dont la Force Quds était accusée d’avoir orchestré le complot, a été tué en janvier dernier lors d’une attaque de drones américains.

Le commandant principal des Gardiens de la révolution, le général Qassem Soleimani, (au centre), assiste à une réunion avec le Guide suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei (hors cadre) et les commandants des Gardiens de la révolution à Téhéran, Iran, le 18 septembre 2016. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)

En rentrant chez eux, les poseurs de bombe portaient des drapeaux iraniens sur les épaules, leur visage largement masqué par des casquettes noires et des masques chirurgicaux. C’était un contraste saisissant avec les autres échanges de prisonniers que l’Iran a célébrés par le passé, au cours desquels les présentateurs de télévision répétaient leurs noms et les diffuseurs diffusaient des images d’eux retrouvant leurs familles.

La raison du refus de l’Iran de nommer les personnes libérées reste floue. Cependant, Téhéran a longtemps nié être responsable du complot d’attentat à la bombe et espère probablement faire pression sur la nouvelle administration du président-élu américain Joe Biden pour qu’elle allège les sanctions américaines imposées par le président Donald Trump. Les responsables israéliens ont refusé de commenter la libération.

En Australie, le Premier ministre Scott Morrison a déclaré qu’il était « ravi et soulagé » que Moore-Gilbert, 33 ans, ait été libérée, mais a ajouté qu’il lui faudrait du temps pour surmonter son « horrible » épreuve.

L’universitaire britanno-australienne Kylie Moore-Gilbert est vue à Téhéran, en Iran. (Télévision d’État iranienne via AP)

« Le ton de sa voix était très édifiant, surtout au vu de ce qu’elle a vécu », a déclaré Morrison à la chaîne australienne Network Nine.

Interrogé sur l’échange, le Premier ministre australien a déclaré qu’il « n’entrera pas dans les détails, ni ne les confirmera d’une manière ou d’une autre ». Toutefois, Morrison a déclaré qu’il pouvait assurer aux Australiens que rien de préjudiciable à leur sécurité n’avait été fait et qu’aucun prisonnier n’avait été libéré en Australie.

La police thaïlandaise a découvert le complot des trois Iraniens en 2012 lorsqu’une explosion accidentelle a fait sauter leur villa louée à Bangkok. A l’époque, l’Iran était soupçonné dans deux tentatives d’attentats à la bombe en Inde et dans l’ancienne république soviétique de Géorgie visant des diplomates israéliens dans un contexte de tensions accrues concernant son programme nucléaire. Ses propres scientifiques nucléaires, quant à eux, avaient été tués dans des attentats longtemps soupçonnés d’avoir été perpétrés par Israël.

Des témoins experts ont déclaré à la cour que des quantités d’explosifs à haute teneur en C4 ont été trouvées dissimulées dans les radios de la maison, bien que Moradi ait affirmé qu’il avait trouvé les bombes par hasard et qu’il essayait de les éliminer lorsqu’elles ont explosé.

Selon la police, Moradi a lancé une grenade sur des officiers qui ont rebondi et explosé, lui coupant les jambes. Moradi a été condamné à vie pour avoir tenté d’assassiner un officier de police.

Kharzei est l’Iranien qui aurait été gracié en septembre dernier, a déclaré le responsable du système pénitentiaire thaïlandais.

Des responsables thaïlandais de la neutralisation des explosifs et munitions examinent les dégâts causés par l’explosion d’une maison où des poseurs de bombe présumés séjournaient à Bangkok, en Thaïlande, en 2012. (Crédit : AP/Sakchai Lalit)

Leur libération, ainsi que celle de Moore-Gilbert, représente une autre affaire dans laquelle l’Iran a détenu un Occidental sur des accusations d’espionnage largement critiquées. Les activistes et les enquêteurs des Nations unies estiment que l’Iran tire systématiquement parti de leur emprisonnement pour de l’argent ou de l’influence dans les négociations avec l’Occident.

Moore-Gilbert était chargée de cours à l’université de Melbourne sur les études du Moyen-Orient lorsqu’elle a été prise en charge à l’aéroport de Téhéran alors qu’elle tentait de quitter le pays après avoir assisté à une conférence universitaire en 2018. Elle a été envoyée à la tristement célèbre prison Evin de Téhéran, reconnue coupable d’espionnage et condamnée à 10 ans. Elle a nié avec véhémence les accusations portées contre elle et a clamé son innocence.

Moore-Gilbert a écrit dans des lettres à Morrison qu’elle avait été emprisonnée « pour extorquer » le gouvernement australien.

Sa détention avait mis à mal les relations entre l’Iran et l’Occident à un moment où les tensions s’intensifiaient déjà. La pression internationale s’était accrue sur l’Iran pour qu’il libère Moore-Gilbert. Elle avait entamé des grèves de la faim répétées et sa santé s’était détériorée au cours de longues périodes d’isolement. Elle a également affirmé que l’Iran lui avait fait subir de « graves violations » de ses droits, notamment des tortures psychologiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...