Initiative française : Pierre Vimont en Égypte
Rechercher

Initiative française : Pierre Vimont en Égypte

L'envoyé spécial de Paris était jeudi au Caire pour discuter des "prochaines étapes" pour relancer le processus de paix israélo-palestinien, a indiqué la diplomatie égyptienne

L'envoyé français au Moyen Orient Pierre Vimont et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, le 15 mars 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
L'envoyé français au Moyen Orient Pierre Vimont et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, le 15 mars 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

PIerre Vimont a rencontré le chef de la diplomatie égyptienne Sameh Choukri et le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi, alors que le processus de paix est au point mort depuis le printemps 2014.

Début juin, une trentaine de ministres et représentants de pays arabes et occidentaux, de l’ONU et de l’Union européenne avaient déjà participé à une réunion à Paris qui s’est tenue sans les Palestiniens ni les Israéliens.

M. Vimont a discuté avec M. Choukri « des prochaines étapes pour préparer la (nouvelle) conférence internationale pour la paix, qui devrait avoir lieu avant la fin de l’année », selon un communiqué du ministère égyptien des Affaires étrangères.

La France souhaite organiser, possiblement à l’automne, une autre conférence réunissant cette fois-ci les Israéliens, les Palestiniens et les grands acteurs concernés.

Le texte précise que le diplomate français a prévu « des contacts avec les deux parties israélienne et palestinienne ».

Le ministre égyptien a par ailleurs présenté à M. Vimont « la vision de l’Egypte pour encourager les deux parties à reprendre le processus de paix et à s’engager dans des négociations », selon le communiqué.

La dernière tentative américaine de médiation entre Israéliens et Palestiniens, pilotée par le secrétaire d’Etat John Kerry, a échoué en avril 2014. Le dialogue est depuis au point mort.

M. Vimont s’est également entretenu avec le chef de la Ligue arabe, qui a souligné « la nécessité de fixer un délai et un mécanisme d’application » pour mettre en oeuvre l’initiative française, selon un communiqué de l’organisation panarabe basée au Caire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...