Iran : 450 responsables de réseaux sociaux « arrêtés ou convoqués »
Rechercher

Iran : 450 responsables de réseaux sociaux « arrêtés ou convoqués »

Les autorités iraniennes tentent de contrôler les réseaux sociaux et interdisent notamment l'accès à Facebook ou Twitter

Logo de Twitter, créé par Keri J (Crédit : CC BY Keri J/Flickr)
Logo de Twitter, créé par Keri J (Crédit : CC BY Keri J/Flickr)

Quelque 450 responsables de pages sur les réseaux sociaux ou d’applications comme Telegram, WhatsApp ou Instagram, utilisables sur les smartphones, ont été « arrêtés ou convoqués », a rapporté mardi un site internet dépendant des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du pouvoir.

« Ces personnes menaient des activités immorales, insultaient les croyances religieuses ou avaient des activités illégales dans le domaine de la mode », a indiqué le site Gherdab, organe du centre de sécurité cyber des Gardiens de la révolution.

Le site affirme que ces « personnes sont poursuivies devant la justice » mais ne dit pas combien, sur les 450, ont été arrêtées.

L’information a été également rapportée par l’agence Isna.

Depuis plusieurs années, les autorités tentent de contrôler les réseaux sociaux et interdisent notamment l’accès à Facebook ou Twitter, mais cette mesure est très largement contournée grâce à l’utilisation de logiciels faciles à se procurer et peu chers.

Le président Hassan Rouhani a régulièrement jugé inutiles ces tentatives d’interdiction ou de restriction des réseaux sociaux.

L’Iran travaille à un accès sélectif et contrôlé des réseaux sociaux. Une police de la « cyber-criminalité », chargée de faire la chasse aux contenus illicites et aux blogs contestataires, a également été créée.

Plus de 20 millions d’Iraniens (sur 80 millions) utilisent Telegram, surtout sur leurs smartphones. Plus de la moitié de la population utilise internet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...