Iran : 7 dirigeants réformateurs condamnés à un an de prison
Rechercher

Iran : 7 dirigeants réformateurs condamnés à un an de prison

Les sept hommes, dont le frère de l'ancien président iranien Mohammad Khatami, ont été condamnés pour “propagande contre le régime”

Mohammad Khatami, ancien président iranien, en juin 2013. (Crédit : capture d'écran Youtube/Mehdi Saharkhiz)
Mohammad Khatami, ancien président iranien, en juin 2013. (Crédit : capture d'écran Youtube/Mehdi Saharkhiz)

Sept responsables réformateurs, dont le frère de l’ancien président iranien Mohammad Khatami, ont été condamnés à un an de prison ferme et deux ans de privation de toute activité politique et médiatique, a indiqué lundi à l’AFP l’un d’eux, Mohammad Reza Jalaïpour.

« Nous devons faire appel », a ajouté Jalaïpour, un universitaire.

Cité par l’agence Ilna, Me Hojat Kermani, avocat de la défense, a de son côté affirmé que ce jugement avait été notifié à cinq des prévenus : Jalaïpour, mais aussi Mohammad Reza Khatami, ancien vice-président du parlement, l’ex-député Mohsen Safaïe Farahani, Azar Mansouri, membre d’un groupe de conseillers de l’ex-président Khatami (au pouvoir de 1997 à 2005), et Hossein Kashefi.

Il a précisé à Ilna que cinq d’entre eux avaient été condamnés pour « propagande contre le régime », ajouté par ailleurs ne pas avoir d’information sur les deux derniers membres du groupe, les anciens députés Ali Shakouri Rad et Mohammad Naïmipour.

Faisant apparemment allusion à ces sept dirigeants réformateurs, le procureur général de Téhéran, Abbas Jafari Dolatabadi, avait déclaré le 25 septembre, sans plus de détails, qu’ils avaient été condamnés « à des peines de prison et d’autres peines. »

Les sept réformateurs faisaient partie de la direction du Front de la participation de l’Iran islamique (FPII), mouvement dissous par les autorités après la répression des manifestations de 2009 contre la réélection à la présidence de l’ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad.

Ils ont créé en 2015 un autre mouvement politique, le Parti de l’unité du peuple, dirigé par Ali Shakouri Rad, qui fait partie de la coalition des partis réformateurs et modérés ayant soutenu Hassan Rouhani lors de sa réélection à la présidence en mai 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...