Israël en guerre - Jour 286

Rechercher

Iran: deux hommes exécutés pour profanation du Coran

L'ONG Amnesty International a qualifié ces exécutions de "choquantes" et estimé qu'elles renforçaient encore le "statut de paria de l'Iran"

Illustration du Coran. (Crédit : Issam Rimawi / Flash90)
Illustration du Coran. (Crédit : Issam Rimawi / Flash90)

Deux hommes ont été exécutés par pendaison lundi en Iran pour blasphème, suscitant la condamnation de Washington et d’ONG de défense des droits humains.

Sadrollah Fazeli Zare et Youssef Mehrdad, reconnus coupables d’avoir « insulté le prophète Mahomet et d’autres blasphèmes, y compris d’avoir brûlé » un exemplaire du Coran, ont été pendus lundi matin, selon le site de l’agence d’information de l’autorité judiciaire Mizan Online.

Leur exécution intervient dans un contexte d’application croissante de la peine capitale en Iran, dénoncent les ONG, selon qui l’année 2022 a été marquée par le plus grand nombre d’exécutions depuis 2015.

Les Etats-Unis ont condamné l’exécution des deux hommes, y voyant un « rappel grave du penchant du régime iranien (…) à violer les droits humains du peuple iranien », a déclaré à des journalistes le porte-parole adjoint du département d’Etat, Vedant Patel.

« Les lois sur le blasphème restent un affront aux droits humains dans le monde entier », a-t-il ajouté, affirmant que « les Etats-Unis continueront à prendre des mesures appropriées en coordination avec leurs alliés et partenaires pour continuer à tenir le régime iranien responsable de ses violations flagrantes des droits humains ».

Les deux hommes exécutés étaient accusés d’avoir animé des groupes sur les réseaux sociaux « promouvant l’athéisme et insultant des figures sacrées de l’islam », selon Mizan.

En mars 2021, l’un des accusés avait reconnu avoir publié des insultes sur un compte Telegram, a ajouté l’agence.

Les deux hommes ont été pendus à la prison d’Arak, dans le centre de l’Iran.

« Moyenâgeux »

« La République islamique a une nouvelle fois démontré sa nature moyenâgeuse en exécutant deux personnes qui avaient exprimé leur opinion », a réagi Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur de l’ONG Iran Human Rights (IHR), basée en Norvège.

Ces exécutions devraient marquer « un tournant » pour les pays attachés à la liberté d’expression dans leurs relations avec la République islamique, a-t-il estimé.

« La communauté internationale doit dire clairement que l’usage de la peine de mort pour réprimer l’expression d’une opinion ne sera pas tolérée », a-t-il dit.

De son côté, l’ONG Amnesty International a qualifié ces exécutions de « choquantes » et estimé qu’elles renforçaient encore le « statut de paria de l’Iran ».

Selon IHR, au moins 208 personnes ont été exécutées depuis le début de l’année. En 2022, 582 personnes ont subi la peine capitale, en hausse de 75 % par rapport à l’année précédente, avaient indiqué en avril IHR et une autre organisation, Ensemble contre la peine de mort (ECPM), basée à Paris.

La loi islamique (charia) appliquée en Iran permet la peine capitale pour les accusations de blasphème, mais les exécutions pour ce motif étaient relativement rares ces dernières années, la grande majorité des personnes exécutées l’étant pour des charges de drogue ou de meurtre.

« Ecraser les protestations »

L’Iran est le deuxième pays comptant le plus grand nombre d’exécutions après la Chine, selon plusieurs ONG, dont Amnesty International.

Pour Amnesty, ces nouvelles exécutions « interviennent dans le cadre d’une forte augmentation de l’usage de la peine capitale par les autorités iraniennes au cours des dernières semaines ».

Cette hausse des exécutions coïncide avec le mouvement de contestation déclenché en septembre en Iran après la mort d’une jeune Kurde iranienne, Mahsa Amini, décédée après son arrestation par la police des moeurs qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict imposant notamment aux femmes le port du voile.

La contestation a été violemment réprimée, au moins 537 personnes ayant été tuées par les forces de sécurité iraniennes depuis septembre, selon IHR.

Quatre hommes ont été exécutés en rapport direct avec le mouvement de contestation.

Par ailleurs, un dissident irano-suédois, Habib Chaab, reconnu coupable d’avoir dirigé un groupe séparatiste arabe de l’ouest du pays et condamné à mort pour « terrorisme », a été exécuté samedi.

Habib Chaab à la télévision d’État iranienne, avouant l’attaque d’un défilé militaire deux ans plus tôt, en novembre 2020. (Crédit : Capture d’écran vidéo)

L’Union européenne a dénoncé une « sanction inhumaine ».

Un citoyen allemand, Jamshid Sharmahd, a lui été condamné à mort en relation avec un attentat contre une mosquée en 2008.

« Sans une action internationale urgente, les autorités iraniennes continueront à utiliser la peine de mort pour tourmenter et terroriser la population, écraser les protestations et toute forme de dissidence », a mis en garde Amnesty.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.