Iran : il est « temps pour le Conseil de sécurité d’agir », dit Haley
Rechercher

Iran : il est « temps pour le Conseil de sécurité d’agir », dit Haley

"Le monde ne peut pas continuer à laisser ces violations flagrantes sans réponses", a déclaré l'envoyée américaine aux Nations unies

Nikki Haley à l'AIPAC à Washington, D.C., le 27 mars 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Nikki Haley à l'AIPAC à Washington, D.C., le 27 mars 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

Il est « temps pour le Conseil de sécurité d’agir » contre l’Iran après la publication d’un rapport d’experts de l’ONU affirmant que Téhéran a violé l’embargo sur les armes imposé au Yémen, a déclaré jeudi l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.

Ce rapport, dont l’AFP avait publié les conclusions alors confidentielles dès la mi-janvier, juge que l’Iran a échoué à empêcher la livraison aux rebelles yéménites Houthis d’éléments de missiles balistiques tirés sur l’Arabie saoudite.

« Ce rapport souligne ce que nous disons depuis des mois : l’Iran a transféré illégalement des armes en violation de multiples résolutions du Conseil de sécurité », a fait valoir la diplomate américaine dans un communiqué.

« Le monde ne peut pas continuer à laisser ces violations flagrantes sans réponses » et Téhéran doit en assumer les « conséquences ». « Il est temps d’agir pour le Conseil de sécurité ».

L’Iran a fermement démenti avoir armé les Houthis et accusé les Etats-Unis d’avoir « fabriqué » des preuves de son implication dans un tir de missile le 4 novembre vers l’aéroport de Ryad en Arabie saoudite.

La Russie, dotée d’un droit de veto au Conseil de sécurité, a mis en doute l’implication directe de l’Iran dans la fourniture de missiles aux Houthis, soulignant que ces derniers ont pu récupérer de l’armement livré avant l’imposition d’un embargo en 2015 ou s’en procurer par des moyens détournés.

Selon des diplomates, les reproches des experts de l’ONU, qui n’identifient pas la provenance précise des éléments de missiles ni qui les a acheminés, devraient figurer dans un projet de résolution renouvelant des sanctions imposées au Yémen et devant être soumis à un vote en fin de mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...