Rechercher

Iran : la sœur du guide suprême dénonce un régime « despotique »

"J'exprime ma sympathie envers les mères qui pleurent les crimes commis par le régime de la République islamique, " a écrit Badri Hosseini Khamenei

Le Guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, s'adresse à la nation dans un discours télévisé marquant l'anniversaire de la mort en 1989 de l'Ayatollah Ruhollah Khomeini, le leader de la révolution islamique de 1979, à Téhéran, Iran, le 3 juin 2020. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien via AP)
Le Guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, s'adresse à la nation dans un discours télévisé marquant l'anniversaire de la mort en 1989 de l'Ayatollah Ruhollah Khomeini, le leader de la révolution islamique de 1979, à Téhéran, Iran, le 3 juin 2020. (Crédit : Bureau du Guide suprême iranien via AP)

La soeur du guide suprême de la République islamique d’Iran a dénoncé un régime « despotique » et apporté son soutien au mouvement de contestation, déclenché il y a près de trois mois par la mort de la jeune Mahsa Amini.

« Je m’oppose aux actions de mon frère » Ali Khamenei, écrit Badri Hosseini Khamenei dans une lettre rendue publique mercredi sur internet par son fils basé en France, Mahmoud Moradkhani.

« J’exprime ma sympathie envers les mères qui pleurent les crimes commis par le régime de la République islamique depuis l’époque (de son fondateur l’ayatollah Rouhollah) Khomeiny jusqu’à la période actuelle du califat despotique d’Ali Khamenei », poursuit Mme Hosseini Khamenei, qui se trouverait en Iran.

L’Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, arrêtée trois jours plus tôt, qui avait été accusée de ne pas avoir respecté le code vestimentaire imposant aux femmes de porter le voile en public.

Une manifestante avec une photo de Mahsa Amini, une kurde iranienne, morte après avoir été arrêtée par la police des mœurs parce qu’elle contrevenait aux règles strictes du port du voile en Iran, à Istanbul, le 29 septembre 2022. (Crédit : Bulent KILIC / AFP)

Des portraits du guide suprême ont été brûlés, des femmes ont parcouru les rues sans voile et des manifestants ont défié les forces de sécurité.

La répression du mouvement a fait au moins 448 morts, selon l’ONG Iran Human Rights (IHR) basée à Oslo.

Les autorités ont arrêté des milliers de personnes, dont 11 ont été condamnées à mort dans des procès liés aux manifestations.

L’ayatollah Ali Khamenei, âgé de 83 ans, a accusé les Etats-Unis, l’ennemi juré de l’Iran, et ses alliés comme Israël, d’avoir encouragé des « émeutes » dans le pays.

Des Américaines criant lors d’une manifestation contre le régime iranien, suite à la mort de Mahsa Amini, détenue par la « police des mœurs » de la République islamique, à Los Angeles, le 22 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Richard Vogel)

« Ma préoccupation a toujours été et sera toujours le peuple iranien, en particulier les femmes », a continué Mme Hosseini dans sa lettre, accusant le régime de n’apporter « rien d’autre que de la souffrance et de l’oppression (…) aux Iraniens ».

« Le peuple iranien mérite la liberté et la prospérité, et son soulèvement est légitime et nécessaire pour faire valoir ses droits », a encore indiqué la soeur de l’ayatollah Khamenei, disant espérer « le renversement de ce pouvoir tyrannique en Iran ».

Invoquant des problèmes de santé l’empêchant de prendre part aux protestations, elle s’en est pris à son frère qui « n’écoute pas la voix du peuple ».

Elle a aussi appelé le puissant corps des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, à « rejoindre le peuple avant qu’il ne soit trop tard ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.