Israël en guerre - Jour 64

Rechercher

Iran: l’ONU exige l’abandon d’une loi sur le code vestimentaire

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU estime que le récent projet de loi "est en contradiction flagrante avec le droit international" et il "doit être abandonné"

Des personnes se promènent au square Vanak à Téhéran le 5 septembre 2023. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)
Des personnes se promènent au square Vanak à Téhéran le 5 septembre 2023. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

L’ONU a demandé vendredi l’abandon d’un projet de loi iranien qui durcit « considérablement » les sanctions contre les femmes ne respectant pas le code vestimentaire obligatoire.

Ce nouveau projet de loi « augmente considérablement les peines de prison et prévoit des amendes très lourdes pour les femmes et les filles qui n’obéissent pas au code vestimentaire obligatoire », a dénoncé Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme.

Pour Volker Türk, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, ce projet de loi « est en contradiction flagrante avec le droit international » et il « doit être abandonné », a souligné la porte-parole lors du point de presse régulier de l’ONU à Genève.

Mme Shamdasani a expliqué que celles qui bafoueraient ce strict code vestimentaire islamique risquent désormais jusqu’à 10 ans de prison contre un maximum de deux mois précédemment.

Les amendes pécuniaires peuvent désormais atteindre 8 500 dollars américains (360 millions de rials) contre 11 dollars précédemment, a-t-elle ajouté.

Le Parlement iranien a approuvé mercredi ce projet de loi, qui doit encore obtenir l’approbation du Conseil des gardiens de la Constitution pour entrer en vigueur.

Volker Türk, Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, à Maiquetia, au Venezuela, le 28 janvier 2023. (Crédit : AP Photo/Ariana Cubillos)

L’adoption du projet de loi par le Parlement iranien a eu lieu quatre jours après le premier anniversaire de la mort de Mahsa Amini, qui avait déclenché un vaste mouvement de contestation dans le pays et de soutien à travers le monde.

Cette Kurde iranienne de 22 ans était décédée le 16 septembre 2022 après avoir été arrêtée par la police des mœurs pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire strict imposé aux femmes.

Sa mort a notamment relancé le débat sur cette règle, l’un des piliers idéologiques de la République islamique depuis la chute du chah en 1979.

Cette « loi est malheureusement pire que ce qu’on avait avant et malheureusement, nous n’avons pas vu beaucoup de progrès malgré l’indignation suscitée par le meurtre de Mahsa Amini, ce qui signifie que la situation ne s’est pas améliorée en ce qui concerne les droits des femmes en Iran », a insisté la porte-parole.

Le décret – dont le nom complet est « Projet de loi visant à soutenir la famille en promouvant la culture de la chasteté et du hijab » – « est à la fois répressif et humiliant », a estimé Mme Shamdasani.

« Les femmes et les filles ne doivent pas être traitées comme des citoyennes de seconde zone. Les autorités ont le devoir de respecter, de protéger et de garantir – sur un pied d’égalité – les droits de tous les Iraniens. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.