Rechercher

Iran : Mort d’une adolescente, la justice nie tout lien avec la contestation

Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, selon l'ONG Iran Human Rights

Nika Shakarami. (Crédit : Wikipedia ; Original publication : Unknown/Immediate source : https://www.shethepeople.tv/news/teenager-killed-in-iran-protests)
Nika Shakarami. (Crédit : Wikipedia ; Original publication : Unknown/Immediate source : https://www.shethepeople.tv/news/teenager-killed-in-iran-protests)

Les circonstances entourant la mort d’une adolescente qui avait pris part à des manifestations à Téhéran n’étaient toujours pas claires mercredi, la justice iranienne réfutant tout lien entre son décès et le mouvement de contestation déclenché par la mort de Mahsa Amini.

Plusieurs médias persans basés hors d’Iran ont rapporté que la famille de Nika Shahkarami, 16 ans, n’a pas été autorisée à l’enterrer dans son village natal et que deux de ses proches ont été arrêtés.

La République islamique est le théâtre de manifestations depuis que Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée le 16 septembre après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs, qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire obligeant notamment les femmes à porter le voile.

Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, selon l’ONG Iran Human Rights, basée à Oslo, tandis que les autorités avancent un bilan d’environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité. Plus d’un millier de personnes ont été arrêtées et plus de 620 relâchées dans la seule province de Téhéran, selon les autorités.

Nika Shahkarami a disparu le 20 septembre après être allée participer à une manifestation à Téhéran, avait indiqué sa tante Atash Shahkarami sur les réseaux sociaux.

Ce n’est que le 1er octobre que la famille a été autorisée à voir son corps, pour l’inhumer dans sa ville de Khorramabad (ouest) le jour de son 17e anniversaire, a précisé sa tante.

Cependant, selon la BBC en persan et le média Iran Wire, les autorités l’ont enterrée secrètement lundi, jour coïncidant avec son anniversaire, dans un autre village pour éviter que ses funérailles ne déclenchent de nouvelles manifestations.

Une photo du 1er octobre 2022 prise par un individu non employé par l’Associated Press et obtenue par l’AP hors d’Iran, sur laquelle des gaz lacrymogènes sont tirés par les forces de sécurité pour disperser des manifestants devant l’Université de Téhéran, en Iran. (Crédit : AP Photo)

Des proches arrêtés

Des images diffusées sur les réseaux sociaux, notamment par le Center for Human Rights in Iran, basé à New York, montrent une manifestation organisée en sa mémoire à Khorramabad. « C’est ton anniversaire ma chérie ! », a crié sa mère qui participait à la manifestation.

La tante de Nika Shahkarami et un de ses oncles ont par ailleurs été arrêtés, ont indiqué des médias. Le dernier tweet de Atash Shahkarami date du 2 octobre.

Lundi, la BBC en persan a rapporté que le rapport d’autopsie effectué par le cimetière Behesht-e Zahra dans le sud de Téhéran indique que l’adolescente est morte des suites de plusieurs blessures après avoir été frappée « avec un objet solide ».

Mercredi, la justice iranienne a réfuté tout lien entre le décès de Nika Shahkarami et les manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini.

« Lors de l’autopsie (…), des traces de multiples fractures ont été observées au niveau du bassin, de la tête, des membres supérieurs et inférieurs, des bras et des jambes », a déclaré le responsable judiciaire de Téhéran, Mohammad Shahriari, cité par l’agence officielle Irna.

« Aucune trace de balle n’a été trouvée sur le corps » et la nature des blessures montre que la jeune fille « a été projetée d’un endroit situé en hauteur », a-t-il ajouté, soulignant que « l’incident n’a rien à voir avec les récents troubles ».

L’agence de presse Tasnim a déclaré que huit personnes qui travaillaient dans un bâtiment près de l’endroit où le corps a été découvert avaient été arrêtées en lien avec sa mort.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...