Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Iran: ouverture du procès de l’avocat de Mahsa Amini

Me Saleh Nikbakht est accusé d'activité de propagande contre la République islamique pour s'être entretenu avec des médias étrangers et locaux

Me Saleh Nikbakht, avocat de Mahsa Aminie, le 9 mars 2005. (Crédit : AFP PHOT0/BEHROUZ MEHRI)
Me Saleh Nikbakht, avocat de Mahsa Aminie, le 9 mars 2005. (Crédit : AFP PHOT0/BEHROUZ MEHRI)

Le procès de l’avocat de Mahsa Amini, la jeune Iranienne dont le décès avait déclenché un vaste mouvement de contestation en septembre 2022, s’est ouvert à Téhéran pour « propagande contre la République islamique », a indiqué mercredi un média local.

La première audience du procès de Me Saleh Nikbakht « s’est tenue mardi et l’accusation d’activité de propagande contre la République islamique lui a été notifiée pour s’être entretenu avec des médias étrangers et locaux, notamment concernant l’affaire Mahsa Amini », a indiqué son avocat, Me Ali Rezaï, cité par le quotidien Etemad.

Ce procès débute près d’un an après le décès, le 16 septembre 2022, de Mahsa Amini, arrêtée à 22 ans par la police des mœurs qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict imposé aux femmes.

L’avocat de Me Nikbakht, qui a comparu libre, a plaidé pour son acquittement en affirmant que son client avait « seulement critiqué la gestion du pays par les autorités » dans ses interviews, selon Etemad.

S’il est condamné, Me Nikbakht risque une peine d’emprisonnement de trois mois à un an.

Fin septembre 2022, il avait indiqué que la famille Amini avait porté plainte contre les policiers ayant arrêté la jeune fille.

Mahsa Amini, 22 ans, décédée après avoir été arrêtée par la police des mœurs iranienne. (Crédit : Twitter. Images utilisées conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Originaire de la province du Kurdistan (ouest), cet avocat a représenté au cours de sa longue carrière nombreuses personnalités iraniens, comme le cinéaste Jafar Panahi libéré sous caution en février après sept mois de prison.

Des centaines de personnes parmi lesquelles des dizaines de membres des forces de sécurité ont été tuées au cours des manifestations de la fin 2022. Des milliers de manifestants ont également été arrêtés, accusés par les autorités de participer à des « émeutes » fomentées par les pays occidentaux.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.