Iran : un élu local arrêté pour avoir soutenu des bahaïs
Rechercher

Iran : un élu local arrêté pour avoir soutenu des bahaïs

Les bahaïs, dont le siège mondial est à Haïfa, croient en l'unité des religions et en l'égalité entre hommes et femmes, et suivent les enseignements de Bahaullah

Le temple Bahai et ses jardins (Crédit : Shay Levy/ Flash90)
Le temple Bahai et ses jardins (Crédit : Shay Levy/ Flash90)

Les autorités iraniennes ont arrêté un membre du conseil municipal de Chiraz (sud) accusé d’avoir soutenu deux Iraniens appartenant à la minorité religieuse bahaïe et exprimé son inquiétude après leur arrestation, a rapporté vendredi l’agence officielle Irna.

« Mehdi Hajati, membre de ce conseil, a été arrêté jeudi soir pour avoir soutenu deux personnes appartenant au culte bahaï interdit » dans le pays, a déclaré le président du conseil municipal Ghasem Moghimi, cité par Irna.

M. Hajati avait écrit mardi sur Twitter : « j’ai fait tout mon possible ces dix derniers jours pour la libération de deux amis bahaïs arrêtés, mais j’ai échoué ».

« Notre génération se doit de ne pas renoncer à réformer le système judiciaire et d’autres choses qui mettent en danger la justice sociale », a-t-il ajouté, utilisant un mot-dièse en persan signifiant « procès équitable ».

Son compte Twitter a été suspendu quelques heures après son arrestation.

Jeudi, Bahram Parsayi, un député de Chiraz au Parlement a pris la défense de M. Hajati. « Défendre les droits civiques des citoyens ne devrait pas être considéré comme un soutien à un culte » a-t-il affirmé, cité par l’agence.

Le député a également promis d’engager des poursuites devant les autorités judiciaires et sécuritaires.

Le régime islamique d’Iran accorde la liberté de culte à certaines minorités mais cible les fidèles de la foi bahaïe qu’elle considère comme des hérétiques et des « espions » liés à Israël, car leur siège mondial historique est à Haïfa.

Les bahaïs croient en l’unité des religions et en l’égalité entre hommes et femmes, et suivent les enseignements de Bahaullah, né en Iran en 1817, qu’ils considèrent comme le dernier prophète envoyé par Dieu.

Ils seraient sept millions dans le monde, dont 300 000 en Iran où ils n’ont notamment pas accès aux études supérieures ni à des postes au sein du gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...