Iran : Un haut-responsable bahreïni rencontre un commandant de Tsahal
Rechercher

Iran : Un haut-responsable bahreïni rencontre un commandant de Tsahal

L'armée a publié une photo de Sheikh Abdullah bin Ahmad al Khalifa et de Tal Kelman, chargé de la question de l'Iran - un signe supplémentaire de l'alliance entre les pays

Le sous-secrétaire bahreïni aux Relations Internationales Sheikh Abdullah bin Ahmad al Khalifa, à droite, rencontre Tal Kelman, chef de la division stratégique au sein de l'Administration de planification de l'armée israélienne, le 10 août 2021. (Crédit : porte-parole de l'armée/Twitter)
Le sous-secrétaire bahreïni aux Relations Internationales Sheikh Abdullah bin Ahmad al Khalifa, à droite, rencontre Tal Kelman, chef de la division stratégique au sein de l'Administration de planification de l'armée israélienne, le 10 août 2021. (Crédit : porte-parole de l'armée/Twitter)

Un haut-responsable du Bahreïn actuellement en déplacement en Israël a rencontré le commandant israélien en charge de la question de l’Iran, une indication supplémentaire du réchauffement des liens entre les deux pays suite à la signature d’un accord de normalisation, l’année dernière, et de leur alignement face à la république islamique.

Le sous-secrétaire aux Relations internationales, Sheikh Abdullah bin Ahmad al Khalifa, a ainsi rencontré Tal Kelman, chef de la division stratégique au sein de l’Administration de planification de l’armée israélienne, et le porte-parole arabophone de Tsahal, Avichai Adraee, a posté mardi sur Twitter une photo des deux hommes en train de se serrer la main.

Dans le passé, de telles rencontres entre officiels israéliens et arabes se tenaient très largement à l’abri des regards.

Les discussions ont porté sur la construction des liens sécuritaires entre les deux pays, a noté l’armée dans un communiqué.

La visite de quatre jours de Kalifa au sein de l’État juif – c’est son deuxième déplacement dans le pays – se terminera jeudi. Il est responsable des liens avec Israël et, pendant son séjour, il a rencontré le président Isaac Herzog et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid. Il devrait aussi s’entretenir avec le Premier ministre Naftali Bennett.

Au début de la semaine, Khalifa a vivement critiqué l’accord sur le nucléaire qui a été conclu entre les puissances mondiales et l’Iran, estimant que le pays attisait les violences et les troubles dans toute la région et qu’il entraînait la mort d’innocents.

Bahreïn et Israël ont officiellement établi des relations diplomatiques avec la signature des Accords d’Abraham, négociés par la Maison Blanche, au mois de septembre 2020. Les Émirats arabes unis font également partie de l’accord et il est vrai que l’animosité mutuelle des trois nations à l’égard de l’Iran a été considérée comme un facteur majeur ayant entraîné la conclusion des Accords.

Dore Gold, président du Jerusalem Center for Public Affairs (à gauche), signe un protocole d’accord avec le Dr Abdullah bin Ahmad al Khalifa, sous-secrétaire aux relations internationales du Bahreïn (à droite), à l’hôtel King David à Jérusalem, le 8 août 2021. (Lazar Berman / Times d’Israël)

Dans une conférence de presse, dimanche, Khalifa a évoqué le prochain anniversaire de la signature des Accords d’Abraham, laissant entendre qu’Israël pourrait avoir une bonne surprise à cette date.

« Avec un peu de chance, le 15 septembre, il y aura une sorte de démonstration de l’engagement » de l’administration Biden dans les Accords, a-t-il déclaré en souriant.

Khalifa a promis que les liens entre Israël et Bahreïn continueraient à se développer.

« Cette année sera établie une ligne directe de notre transporteur national, Gulf Air, vers Tel Aviv », a-t-il annoncé, faisant remarquer que le premier vol devait avoir lieu au mois de janvier dernier mais qu’il avait été reporté pour cause de pandémie de COVID-19.

« Nous y sommes déterminés et nous y sommes engagés », a-t-il continué. « Avec un peu de chance, nous verrons l’ambassadeur de Bahreïn prendre son poste en Israël ».

Khaled Yousef al-Jalahmah a été officiellement désigné envoyé du Bahreïn au sein de l’État juif au mois de juin.

« Le monde entier observe aujourd’hui cette relation et ce qu’elle signifie pour les pays et pour les populations de ces pays », a conclu Khalifa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...