Isabelle Choko, une rescapée qui veut parler « d’espoir » face aux collégiens
Rechercher

Isabelle Choko, une rescapée qui veut parler « d’espoir » face aux collégiens

Cette ex-championne de France d'échecs a aujourd'hui 90 ans, et son récit qui a imposé le silence dans la classe agitée traverse le ghetto de Varsovie et les camps de la mort

« J’espère que mon récit ne va pas trop vous chagriner, s’inquiète Isabelle Choko, dont les propos sont rapportés par Ouest France. À la fin, je vous parlerai d’espoir. »

C’est à Alençon, devant les élèves des collèges Louise Michel et Racine, que cette petite dame (1m50) de 90 ans, championne de France d’échecs a ressuscité l’espace d’une heure, passée debout, les années terribles qu’elle a traversées enfant.

« J’étais une petite fille gâtée. Mes parents étaient pharmaciens. J’étais très heureuse. Ce bonheur s’est terminé en septembre 1939 quand les Allemands ont envahi la Pologne, » raconte-t-elle.

Isabelle Choko est née à Lodz en Pologne le 18 septembre 1928. Douze ans plus tard elle quitte son foyer cossu pour aller habiter de force dans le ghetto de Lodz. Elle sera ensuite déportée à Auschwitz, et évacuée devant l’avancée de l’Armée rouge vers le camp de Bergen-Belsen. Ses parents n’auront pas survécu.

Elle s’installe en France en 1946 et deviendra championne d’échecs 10 ans plus tard. Elle consacre depuis sa retraite son temps libre à témoigner.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...