Israël a découvert une cellule du Hamas en Cisjordanie préparant des attentats
Rechercher

Israël a découvert une cellule du Hamas en Cisjordanie préparant des attentats

Des Palestiniennes autorisées à entrer en Israël pour se faire soigner auraient convoyé des messages des chefs terroristes de Gaza à des agents en Cisjordanie, selon le Shin Bet

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les forces de sécurité israélienne arrêtent des membres du Hamas en Cisjordanie soupçonnés de programmer des attentats terroristes contre des cibles israéliennes, le 23 septembre 2018 (Capture d'écran : Services de sécurité du Shin Bet)
Les forces de sécurité israélienne arrêtent des membres du Hamas en Cisjordanie soupçonnés de programmer des attentats terroristes contre des cibles israéliennes, le 23 septembre 2018 (Capture d'écran : Services de sécurité du Shin Bet)

Les services de sécurité du Shin Bet ont expliqué jeudi qu’ils avaient récemment découvert un réseau terroriste du Hamas, en Cisjordanie, qui agissait sur les ordres des chefs du mouvement à Gaza. Ils prévoyaient de mener des attentats à la bombe majeurs contre des cibles en Cisjordanie et en Israël.

Selon le Shin Bet, les membres des cellules variées du réseau terroriste se préparaient à fabriquer des explosifs et avaient reçu pour instruction de « choisir des sites fréquentés comme cibles d’attaque ».

Les services de sécurité intérieure ont indiqué que le réseau avait travaillé à des projets plus ambitieux « en termes d’ampleur et de potentiel de danger » que ceux entrepris par le Hamas dans le passé pour commettre des attentats en Cisjordanie.

Ce réseau n’était pas dirigé par des membres du Hamas libérés des prisons israéliennes dans le cadre de accord passé en 2011 pour rapatrier le soldat israélien Gilad Shalit qui était retenu captif – comme cela avait été le cas d’autres cellules — mais par de hauts-responsables de la bande de Gaza.

L’opération du Hamas a été dévoilée lors de l’arrestation d’Oweis Rajoub, 25 ans, membre présumé du groupe terroriste originaire du village palestinien de Dura, situé à proximité de Hébron, le 23 septembre, ont fait savoir les services du Shin Bet.

L’objectif poursuivi par les cellules, en Cisjordanie, était de commettre d’importants attentats terroristes contre les militaires israéliens et des cibles civiles au même moment où des roquettes et des obus de mortier étaient tirés depuis la bande de Gaza, afin de défier l’Etat juif sur deux fronts simultanés, a fait savoir l’agence de sécurité intérieure.

« Il m’a dit à une occasion que soit l’opération entamerait une guerre, soit elle la conclurait », avait déclaré Rajoub aux enquêteurs, évoquant son donneur d’ordre du Hamas.

Un membre présumé du Hamas, Oweis Rajoub, soupçonné de planifier des attentats à la bombe contre des cibles israéliennes en Cisjordanie, interrogé par les services de sécurité du Shin Bet, le 23 septembre 2018 (Capture d’écran : Shin Bet)

Selon les services de sécurité, le Hamas au pouvoir à Gaza a fait des attentats commis en Cisjordanie une priorité, dans le but de « perturber la stabilité » du secteur.

Dans un communiqué, un haut-responsable du Shin Bet a expliqué que l’agence avait arrêté « des centaines » de jeunes Palestiniens – hommes et femmes – en Cisjordanie qui avaient été recrutés par le Hamas.

« Les activités continues menées par ce réseau clandestin pour commettre des attentats sous la direction de l’aile militaire du Hamas constituent un élément central et dangereux d’instabilité et représentent une menace immédiate et substantielle pour la région », a continué le Shin Bet.

Initiative hautement inhabituelle, les services de sécurité ont diffusé un extrait d’une vidéo de l’un des interrogatoires de Rajoub, dans lequel ce dernier reconnaît avoir été contacté par un haut-membre du Hamas dans la bande de Gaza qui lui a donné de l’argent en échange de son aide dans la création de ce réseau terroriste.

Selon Rajoub, « des trains, des bus, des hôtels et des restaurants » avaient été identifiés comme cibles potentielles.

La coordination et la planification entre les agents de Cisjordanie et les leaders du Hamas, au sein de l’enclave côtière, étaient partiellement conduites par deux Palestiniennes qui venaient, depuis Gaza, se faire soigner dans des hôpitaux en Israël. Des hommes d’affaires de Gaza, détenant des permis les autorisant à se rendre en Cisjordanie, auraient également servi d’intermédiaires entre les deux groupes.

Rajoub a indiqué avoir été contacté pour la première fois par l’agent du Hamas, qu’il a identifié sous le nom d’Abu Hazem, vers la fin du Ramadan, cet été.

« Il m’a dit qu’il m’aiderait pour mes dettes, dans ma vie, pour tout », dit Rajoub devant la caméra.

Naama Miqdad, une Palestinienne de la bande de Gaza soupçonnée d’avoir fait passer des messages entre les leaders du Hamas et les agents de Cisjordanie, au mois d’août 2018 (Crédit : Shin Bet)

Au mois d’août, Rajoub a reçu un appel téléphonique de ses donneurs d’ordre du Hamas. Quelques jours plus tard, il lui a été demandé de se rendre à Bethléem pour y rencontrer une femme qui lui avait donné des « pantalons dans lesquels un morceau de tissu avait été cousu sur lequel figuraient des instructions pour l’usage de son téléphone », a noté le Shin Bet.

Selon les services de sécurité, cette femme s’appelle Naama Mikdad, 53 ans, une mère de neuf enfants originaire de la bande de Gaza, qui avait obtenu un permis d’entrée en Israël pour accompagner sa sœur atteinte d’un cancer et qui avait été prise en charge au sein de l’Etat juif, le 9 août.

Avec le téléphone et les instructions lui indiquant comment l’utiliser, Rajoub a alors commencé à travailler avec un spécialiste des explosifs pour créer les bombes nécessaires pour les attentats, a précisé le Shin Bet.

Il a également recruté deux hommes du village de Yatir, Yazan et Sayaf Azafra, a-t-il ajouté.

Le type d’explosifs que Rajoub prévoyait d’utiliser était différent des bombes actionnées auparavant par le Hamas en Cisjordanie, a affirmé le Shin Bet.

Des membres présumés du Hamas, Yazan Azafra, à droite, et Sayaf Azafra, à gauche, soupçonnés d’avoir planifié des attentats à la bombe sur des cibles israéliennes en Cisjordanie, arrêtés par les services de sécurité du Shin Bet au mois de septembre 2018 (Crédit : Shin Bet)

Selon les services de sécurité, Rajoub et sa cellule prévoyaient de commettre leur attaque à la bombe au mois d’octobre mais le jeune de 25 ans avait été arrêté au mois de septembre, déjouant leur projet.

Le Shin Bet a expliqué que Mikdad et sa sœur – les nièces d’un commandant militaire du Hamas, Muhammad Abu Kuwaik — avaient également en toute connaissance de cause transmis des messages à un autre membre du Hamas à Ramallah : Fouad Dar Khalil, emprisonné en Israël depuis 14 ans pour son rôle dans une fusillade contre une voiture israélienne.

Contrairement à Rajoub, qui avait reçu l’instruction de commettre des attentats en Cisjordanie, Khalil avait reçu l’ordre d’un membre du Hamas de Gaza, Ashraf Sabah, de recruter un certain nombre d’agents pour mener des attaques sur le territoire israélien, a dit le Shin Bet.

Khalil a été arrêté par le service de sécurité le 18 octobre.

Les suspects dans ces affaires devraient être inculpés sous peu, a noté le Shin Bet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...