Israël a visé des ‘cibles stratégiques clés’ du Hamas dimanche
Rechercher

Israël a visé des ‘cibles stratégiques clés’ du Hamas dimanche

L'armée a tiré profit du tir de roquette de gaza pour tenter de détruire l'infrastructure terroriste

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des Palestiniens du mouvement du Jihad islamique arrivent pour inspecter un cratère à Beit Lahia dans le nord de la bande de Gaza, après un raid aérien israélien, le 22 août 2016.  (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des Palestiniens du mouvement du Jihad islamique arrivent pour inspecter un cratère à Beit Lahia dans le nord de la bande de Gaza, après un raid aérien israélien, le 22 août 2016. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Pendant les frappes aériennes de dimanche soir, l’armée israélienne a visé « des ressources stratégiques clés du Hamas » dans le nord de la bande de Gaza, ont annoncé des sources militaires mardi, faisant lumière sur la réponse plus sévère qu’à l’habitude d’Israël à une attaque à la roquette provenant de l’enclave côtière.

Après qu’un projectile de Gaza a atterri dans la ville israélienne de Sderot dimanche, Tsahal a riposté avec ce qui est devenu la réponse de routine avec une frappe limitée, touchant deux installations du Hamas dans la bande nord de Gaza, a expliqué l’armée.

Quelques heures plus tard, l’armée israélienne a mené un autre bombardement, beaucoup plus importante, en réalisant environ 50 frappes contre les infrastructures du Hamas dans la bande de Gaza, en utilisant aussi bien les chars et que les avions.

Ces objectifs n’étaient pas directement liés au tir de roquette et n’étaient pas seulement une tentative de créer un effet dissuasif. Au contraire, l’armée israélienne a profité de l’occasion offerte par l’attaque pour détruire des ressources stratégiques du Hamas.

À quelques exceptions près, la politique de l’armée envers le Hamas à Gaza n’a été que de riposter, de ne pas initier le contact, avait expliqué un officier du Commandement Sud de l’armée israélienne au Times of Israël en novembre.

Bien que l’armée israélienne a souvent des renseignements étendues sur les relations du groupe terroriste dans la bande de Gaza, « nous ne répondons pas à tout, parce que nous ne voulons pas aggraver la situation », a déclaré l’officier.

Quand une roquette est tirée en Israël, cependant, cette dynamique change et l’armée israélienne a une certaine légitimité pour cibler les infrastructures terroristes dans l’enclave côtière, comme cela est arrivé le dimanche soir.

Un Palestinien mettant des pierres sur un chariot à côté d'un cratère dans Beit Lahia dans le nord de la bande de Gaza le 22 août 2016, suite à une frappe aérienne israélienne la veille qui a eu lieu la veille (Crédit : Mahmud Hams / AFP)
Un Palestinien mettant des pierres sur un chariot à côté d’un cratère dans Beit Lahia dans le nord de la bande de Gaza le 22 août 2016, suite à une frappe aérienne israélienne la veille qui a eu lieu la veille (Crédit : Mahmud Hams / AFP)

Il a été immédiatement noté que les bombardements israéliens de dimanche était plus importantes que la plupart des autres frappes de représailles.

« Il y avait environ 50 frappes aériennes dans les deux heures », a précisé un haut responsable militaire au Times of Israël. « Mais il n’y a aucune intention d’aggraver encore plus la situation ».

Le Hamas a rapidement déclaré que la réponse était une tentative d’Israël de modifier le statu quo à Gaza – et Israël l’a admis.

« Vous ne pouvez pas attendre de l’Etat d’Israël qu’il permette [au Hamas] de se réarmer, pour voler l’argent des habitants de Gaza. Ils prélèvent des impôts et ne construisent pas de bâtiments mais des tunnels », a déclaré le ministre de la Défense Avigdor Liberman mardi matin dans une base militaire en Galilée.

Les sources de sécurité palestiniennes à Gaza ont indiqué que plusieurs cibles dans le nord de la bande de Gaza ont été touchées par des tirs israéliens et qu’un réservoir à Beit Hanoun a été endommagé. Israël a également frappé une base appartenant à l’aile militaire du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, dans la ville voisine de Beit Lahiya, selon des témoins. Selon des sources de la santé et de la sécurité palestiniennes, entre deux et cinq personnes ont été légèrement blessées par des tirs de représailles d’Israël.

Les responsables du Hamas ont dénoncé les bombardements israéliens mais n’ont pas indiqué qu’ils avaient l’intention de répondre immédiatement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...