Israël annonce un plan ambitieux de réduction de ses émissions carbone
Rechercher

Israël annonce un plan ambitieux de réduction de ses émissions carbone

Le plan prévoit la réduction de 96 % des émissions de gaz à effet de serre dans les transports, de 85 % dans le secteur de l'électricité et de 92 % dans celui des déchets

Photo d'illustration : Les villages non-reconnus autour de Ramat Hovav, dans le sud d'Israël souffrent d'un niveau élevé de pollution en raison des usines chimiques environnantes, le 27 décembre 2017 (Crédit : Yaniv Nadav/FLASH90)
Photo d'illustration : Les villages non-reconnus autour de Ramat Hovav, dans le sud d'Israël souffrent d'un niveau élevé de pollution en raison des usines chimiques environnantes, le 27 décembre 2017 (Crédit : Yaniv Nadav/FLASH90)

Le gouvernement israélien a annoncé vendredi un plan de réduction de ses émissions carbone d’ici 2050 et de transition vers une économie non polluante qui doit être présenté au Parlement dimanche.

Ce plan prévoit une réduction de 85 % des émissions carbone de l’Etat hébreu d’ici 2050 par rapport à 2015, avec un objectif intermédiaire de réduction de 27 % d’ici 2030, selon un communiqué commun du Premier ministre Naftali Bennett et de plusieurs ministères concernés.

« C’est la première fois que le gouvernement israélien se fixe des objectifs nationaux communs pour réduire les émissions carbone et annonce une stratégie nationale pour s’orienter vers une économie non polluante, efficace et compétitive », a ajouté le gouvernement.

Ce plan alignera « ainsi Israël avec les autres pays développés dans la lutte mondiale contre la crise climatique » qui « menace toute l’humanité », est-il précisé. Il doit être présenté dimanche au vote de la Knesset, le Parlement israélien.

Le nouveau gouvernement, mis en place le mois dernier, compte parmi ses ministres plusieurs personnalités qui ont fait de la défense de l’environnement une de leurs priorités, notamment la ministre des Transports Merav Michaeli (parti travailliste) et la ministre de la Protection de l’environnement Tamar Zandberg (Meretz, gauche).

Signataire des accords de Paris sur le climat de 2015, Israël s’était jusque-là notamment engagé à maintenir stables ses émissions carbone d’ici 2030, un objectif jugé insuffisant par les défenseurs de l’environnement.

La mairie de Tel Aviv illuminée de vert pour protester contre la décision américaine de se retirer des accords de Paris sur le climat, le 4 juin 2017. (Crédit : Ron Huldai via Facebook)

Israël avait dépassé la date-butoir fixée à fin 2020 pour présenter de nouveaux objectifs pour la réduction des émissions carbone d’ici 2030, dans le cadre de l’accord de Paris.

Le plan prévoit notamment une réduction de 96 % des émissions du secteur des transports, de 85 % du secteur de l’électricité et de 92 % des déchets municipaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...