Israël appelé à renoncer à l’expulsion d’un responsable de Human Rights Watch
Rechercher

Israël appelé à renoncer à l’expulsion d’un responsable de Human Rights Watch

Des rapporteurs de l'ONU estiment que l'expulsion d'Omar Shakir contreviendrait à la liberté d'expression et "au respect des libertés et valeurs fondamentales vantées" par le pays

Le directeur de Human Rights Watch pour Israël et les territoires palestiniens, Omar Shakir, citoyen américain, est assis dans son bureau dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 mai 2018. (Crédit : ABBAS MOMANI/AFP)
Le directeur de Human Rights Watch pour Israël et les territoires palestiniens, Omar Shakir, citoyen américain, est assis dans son bureau dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 mai 2018. (Crédit : ABBAS MOMANI/AFP)

Des responsables des droits de l’homme aux Nations Unies ont appelé Israël, jeudi, à revenir sur sa décision d’expulser le directeur local de Human Rights Watch, prévenant que celle-ci « menace la défense des droits humains, la recherche et la liberté d’expression pour tous et reflète le manque de volonté troublant d’ouvrir le débat ».

Dans un communiqué, les officiels du bureau du Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme ont estimé que la mesure d’expulsion décidée contre Omar Shakir s’avérait être « directement liée à son travail de défense des droits humains, et n’a rien à voir avec des agissements illégaux comme affirmé ».

Ils ont qualifié la décision de « revers pour les défenseurs des droits humains en Israël et dans les territoires palestiniens occupés ».

Le communiqué est signé par Michael Lynk, le Rapporteur spécial de la situation des droits humains dans les territoires palestiniens, Michel Forst, le Rapporteur spécial de la situation des défenseurs des droits et David Kaye, le Rapporteur spécial pour la promotion et la protection du droit à liberté d’opinion et d’expression.

Michael Lynk, rapporteur spécial du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies sur la situation en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, en conférence de presse aux sièges de l’ONU à New York, le 26 octobre 2017. (Crédit : Kim Haughton/Nations unies)

La semaine dernière, un tribunal israélien avait confirmé l’expulsion d’Omar Shakir et exigé qu’il quitte le pays dans un délai de deux semaines. La cour de district de Jérusalem a rejeté l’appel formulé par Shakir pour rester, citant son soutien continu aux boycotts d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...