Rechercher

Israël approuve une quatrième dose de vaccin pour les immunodéprimés

La quatrième dose est aussi accessible aux personnes âgées des maisons de soins alors que près de 5 000 cas de COVID sont quotidiennement recensés

Vendredi, les prestataires de santé israéliens ont commencé à administrer une quatrième dose de vaccin contre la COVID-19 aux personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Jeudi, le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a approuvé les rappels pour les immunodéprimés en raison de la vague d’infection Omicron, tant que quatre mois, au moins, se sont écoulés depuis leur troisième injection.

Vendredi matin, Nachman Ash a également approuvé l’injection d’une quatrième dose aux personnes âgées qui résident dans des établissements gériatriques. Cette décision a été motivée par l’inquiétude d’une hausse des cas « dans ces installations et du risque pour la santé et la vie des résidents », a expliqué le ministère de la Santé.

Alors que les infections augmentent rapidement dans tout le pays, jeudi et vendredi, des informations ont fait état d’un trafic intense sur les sites de test, où certaines personnes ont été obligées d’attendre des heures pour se faire tester.

Ali, un technicien testeur à Jérusalem, a déclaré au site d’information Ynet que l’établissement constatait « une augmentation que nous n’avons jamais connue » du nombre de personnes venant se faire tester. « Nous travaillons huit heures sur le site et il y a un test toutes les 40 secondes. C’est fou. Il n’y a aucun repos. »

De nouvelles données publiées vendredi matin par le ministère de la Santé ont montré que les taux d’infection continuaient d’augmenter, avec près de 5 000 nouveaux cas diagnostiqués jeudi.

Le taux de reproduction de base du virus – soit le nombre de personnes que chaque cas infecte en moyenne – continue d’augmenter, s’établissant à 1,71.

Une fillette reçoit un vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination à Jérusalem, le 30 décembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Pendant ce temps, le nombre de cas graves reste stable. La majorité des 93 patients gravement malades ne sont pas vaccinés.

L’augmentation des cas survient alors que l’Afrique du Sud, où le variant hautement contagieux Omicron est apparu pour la première fois, a annoncé que, si la vague d’infections avait rapidement atteint un pic, elle semblait maintenant être en déclin.

Plusieurs études montrent qu’Omicron provoque une maladie plus bénigne chez la plupart des gens, bien qu’il puisse encore causer un nombre sans précédent de cas graves en raison de sa forte contagiosité. Mais l’Afrique du Sud a déclaré ne pas observer d’augmentation significative du nombre de décès pendant la vague Omicron sur son sol.

Lors d’une conférence de presse jeudi, le ministre de la Santé Nitzan Horowitz a déclaré que les responsables se préparaient à des taux d’infection plus élevés que jamais, mais a affirmé qu’un confinement « n’était pas sur la table ».

« Nous sommes prêts à faire face à un nombre élevé d’infections et à toutes les éventualités. La situation est sous contrôle. Nous nous sommes préparés et pratiqués à l’avance et la situation en Israël est bien meilleure par rapport au reste du monde. Nous avons gagné un temps précieux grâce à des actions rapides et équilibrées, mais cela ne signifie pas que nous pouvons être complaisants », a déclaré Nitzan Horowitz.

« Nous continuerons à vivre aux côtés du virus », a-t-il ajouté.

Pour freiner la propagation du virus, les restrictions continuent de se multiplier, et Nachman Ash a notamment annoncé que le port du masque était désormais obligatoire pour les rassemblements en plein air de plus de 50 personnes. En avril, Israël a supprimé le port du masque en extérieur et a simplement recommandé d’en porter lors des grands rassemblements.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz s’exprime lors d’une conférence de presse près de Tel Aviv, le 30 décembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Jeudi, le Premier ministre Naftali Bennet a rencontré des experts de la santé qui lui ont indiqué qu’Israël atteindrait probablement 20 000 cas par jour la semaine prochaine.

Les responsables de la santé ont déclaré à Naftali Bennett que la vague d’infections provoquée par Omicron atteindrait un pic dans environ trois semaines avec un nombre record d’infections et de cas graves, avant de reculer, a rapporté la Douzième chaîne.

Certains des experts ont déclaré que le système de santé risquait d’être submergé, mais d’autres n’étaient pas de cet avis, tandis que d’autres sphères professionnelles, telles que les professeurs des écoles et les conducteurs de bus, pourraient connaître des pénuries de personnel alors que davantage de personnes sont forcées de se placer en quarantaine.

Pendant ce temps, les principaux détaillants ont menacé de faire grève si le gouvernement refuse de modifier les nouvelles réglementations qui limitent les achats, affirmant qu’elles nuisaient gravement à leurs revenus tout en ne réduisant pas les taux d’infection.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...