Israël au coeur d’un projet écologique révolutionnaire
Rechercher

Israël au coeur d’un projet écologique révolutionnaire

La plus grande tour solaire du monde sera prête pour 2017 dans le désert du Néguev

Vue aérienne du champ solaire de 40 mégawatts récemment construit au kibboutz Ketura, qui fournit le tiers de l'électricité pour la ville d'Eilat pendant les heures du jour (Photo: Autorisation / Gigawatt Global)
Vue aérienne du champ solaire de 40 mégawatts récemment construit au kibboutz Ketura, qui fournit le tiers de l'électricité pour la ville d'Eilat pendant les heures du jour (Photo: Autorisation / Gigawatt Global)

Un projet gigantesque est en train de voir le jour dans le désert du Néguev, dans le sud d’Israël qui vise à produire de l’électricité grâce à l’installation de 50 000 miroirs et d’une tour haute de 200 mètres, rapporte un reportage sur TF1.

Cette installation, qui est attendue pour 2017, recouvrira une superficie égale à 200 terrains de football et combinera trois sorte d’énergie : l’énergie thermale solaire, l’énergie photovoltaïque et des gaz naturels.

Ce projet Megalim est une initiative du groupe franco-américain d’Alstom American Electric.

Au lendemain de la COP21, l’objectif de cette installation consiste à produire de l’électricité tout en respectant l’environnement.

Le fonctionnement de cette installation combine l’utilisation de panneaux solaires pivotant qui réfléchissent le maximum d’énergie solaire vers le sommet d’une tour, comparable à un réacteur, qui produira de l’électricité grâce à de la vapeur d’eau chauffée.

« A partir de ces 50 000 miroirs, on reflète le soleil vers la tour qui sera construite. On est en train de transformer ce site en une centrale d’énergie renouvelable solaire pour utiliser la richesse de notre désert, » témoigne Eran Gartner, directeur du projet Megalim, sur TF1.

Cette tour sera la plus grande tour solaire du monde. Elle augmentera la part des énergies renouvelables israéliennes en fournissant de l’électricité à une ville pouvant aller jusqu’à 100 000 habitants. L’électricité journalière produite par cette installation est comparable à l’électricité produite par 60 éoliennes, indique TF1.

Lors de la COP21, d’autre pays se sont intéressés à ce projet d’énergie solaire concentrée. La Chine, le Maroc et le Chili auraient déjà signé un contrat.

La limite de cette technologie est que cette dernière est rentable que pour les pays bénéficiant d’un ensoleillement tout au long de l’année.

Selon le ministère des Infrastructures israélien, ce projet répond à des motivations à la fois économique, politique, environnementale et scientifique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...