Israël cible des positions du Hamas suite à des tirs de roquettes
Rechercher

Israël cible des positions du Hamas suite à des tirs de roquettes

L'armée confirme des frappes de représailles quelques heures après que trois roquettes ont été détruites par le Dôme de fer ; il y aurait deux blessés palestiniens

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Photo d'illustration : Une explosion suite à des frappes israéliennes à Gaza City, le 14 novembre 2019 (Crédit : Adel Hana/AP)
Photo d'illustration : Une explosion suite à des frappes israéliennes à Gaza City, le 14 novembre 2019 (Crédit : Adel Hana/AP)

Les avions et hélicoptères israéliens ont mené des frappes dans la bande de Gaza dimanche, aux premières heures de la journée, après le lancement de trois roquettes vers le territoire de l’Etat juif, ont fait savoir les autorités.

Au moins trois raids aériens ont été rapportés dans le nord de l’enclave côtière, selon l’agence de presse Shebab, liée au groupe terroriste palestinien du Hamas, et d’autres médias palestiniens.

L’armée a confirmé qu’ils avaient touché « plusieurs cibles terroristes, notamment un camp terroriste du Hamas constitué d’entrepôts, de bureaux et de postes de surveillance ».

Une installation navale du Hamas aurait aussi été frappée.

Des positions des brigades Ezzedine al-Qassam, bras armé du groupe terroriste, ont été aussi prises pour cible près de Jabaliya et de Gaza City, selon Shehab.

Deux personnes auraient été blessées dans ces attaques, ont annoncé les Palestiniens.

Ces opérations de l’armée israélienne ont eu lieu après l’interception par le système anti-missiles du Dôme de fer de trois roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, a noté Tsahal.

Aucun groupe palestinien n’a pour le moment revendiqué ces attaques à la roquette mais Israël considère généralement le Hamas, gouvernant de facto de la bande, comme responsable de toutes les agressions émanant de Gaza.

Les roquettes n’auraient fait aucun dégât, ni blessé.

Des vidéos tournées dans le sud d’Israël semblent montrer les batteries anti-missiles du Dôme de fer explosant dans le ciel.

Cette attaque à la roquette et les représailles qui ont suivi sont venues conclure un week-end tendu sur la frontière avec Gaza.

Environ 4 000 Palestiniens ont pris part aux manifestations le long de la barrière avec l’enclave côtière dans la journée de vendredi. Des manifestations aux allures d’émeutes marquées par des jets de pierres et de dispositifs explosifs contre les soldats israéliens, qui ont riposté à l’aide de gaz lacrymogènes et, par moment, de balles réelles.

Ces échauffourées ont inclus plusieurs centaines de personnes.

Selon le ministre de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, 27 Palestiniens auraient été blessés au cours de ce mouvement de protestation.

Samedi matin, les avions israéliens ont survolé la bande de Gaza après la détection d’activités suspectes dans l’enclave. La nature de ces activités reste indéterminée pour le moment.

Samedi également, les militaires ont fait savoir que les soldats israéliens avaient arrêté deux suspects qui avaient traversé la clôture frontalière vers Israël depuis le sud de Gaza.

Les deux hommes étaient non-armés et ils ont été soumis à un interrogatoire, a précisé l’armée.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...