Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Israel classé au dernier rang des pays de l’OCDE en matière d’égalité hommes-femmes

L'État juif se classe après la Turquie, le Royaume-Uni et la France ; Ayelet Razin Bet Or réclame instamment un examen approfondi par les organismes compétents

Des Israéliennes déguisées en personnages de la série télévisée The Handmaid's Tale protestent contre les désavantages dont souffrent les femmes dans les tribunaux rabbiniques de l'État et contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement, devant le tribunal rabbinique de Tel-Aviv, le 4 mai 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des Israéliennes déguisées en personnages de la série télévisée The Handmaid's Tale protestent contre les désavantages dont souffrent les femmes dans les tribunaux rabbiniques de l'État et contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement, devant le tribunal rabbinique de Tel-Aviv, le 4 mai 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Israël a obtenu le plus mauvais résultat parmi les 38 pays de l’OCDE dans le dernier indice sur l’égalité des genres, avec un score deux fois inférieur à la moyenne de nombreuses nations occidentales.

L’indice de l’OCDE sur les institutions sociales et l’égalité entre les sexes (ISE) va de 0 à 100, zéro signifiant qu’il n’y a pas de discrimination entre les hommes et les femmes. Israël a obtenu un score de 33,4, contre 20,1 pour les États-Unis, 12,1 pour le Royaume-Uni, 10,2 pour la France, 15,9 pour la Roumanie et 24,7 pour la Turquie.

Ce classement place Israël et le Japon (33,3) comme les pays de l’OCDE présentant les écarts les plus importants en matière d’égalité entre les hommes et les femmes.

L’indice complet de l’OCDE – publié en mars mais repris par les médias israéliens cette semaine – a examiné 179 pays du monde entier sur la base de quatre paramètres : la discrimination intra familiale, la protection et la sécurité personnelle, l’accès aux ressources financières et l’exercice des libertés civiles.

En ce qui concerne la discrimination au sein de la famille, Israël a obtenu un score de 40,9, alors que la moyenne des pays de l’OCDE était de 14,2 et la moyenne mondiale de 37,8.

L’avocate Ayelet Razin Bet Or, directrice de l’Autorité gouvernementale pour la promotion de la condition féminine, a déclaré à Ynet que les résultats « sont inquiétants et imposent un examen approfondi de la question par toutes les parties concernées, chacune dans son domaine ».

Elle a exprimé l’espoir que la formation d’un ministère pour la promotion de la condition féminine, dirigé par May Golan du Likud, accorderait la priorité à la question à l’échelle nationale, notamment en affectant des ressources pour réduire les écarts.

« L’égalité des genres est une composante de la résilience, de la prospérité et de la stabilité d’une société », a déclaré Razin Bet Or. « L’État d’Israël a fait des progrès, mais il ne fait aucun doute que l’objectif est encore loin d’être atteint. »

Hadas Daniely Yelin, PDG du groupe de pression non gouvernemental Israel Women’s Network, a reproché au gouvernement d’avoir négligé la question des violences faites aux femmes et a accusé les éléments radicaux de la coalition de mettre en péril l’égalité par le biais de la coercition religieuse.

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir assistant à une cérémonie de la police des frontières, à Latrun, le 2 mai 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

« Seize femmes ont été assassinées depuis le début de l’année et personne ne s’occupe de ce problème pour le régler comme il se doit », a-t-elle déclaré à Ynet, en s’en prenant visiblement au ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, qui dirige Otzma Yehudit, la faction la plus extrémiste de la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu avec les partis d’extrême droite et ultra-orthodoxes.

En mars, la commission des Lois a décidé de rejeter un projet de loi initié par la coalition précédente visant à introduire le suivi électronique des auteurs de violences domestiques, avec la promesse de Ben Gvir de proposer une version plus « équilibrée » qui s’attaquerait également aux fausses accusations portées contre les hommes.

« Le gouvernement empêche les femmes d’évoluer sur un pied d’égalité dès lors qu’il les soumet aux politiques que les extrémistes du gouvernement cherchent à leur imposer, qu’il adopte des lois qui donnent la priorité aux lois de la Torah sur le droit civil et qu’il ignore l’exclusion des femmes de la sphère publique », a déclaré Mme Yelin.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.