Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Israël condamne une journaliste palestinienne à des travaux d’intérêt général

Lama Ghosheh, une journaliste indépendante de 30 ans est accusée d"'incitation à la violence" via des messages et sur son compte Facebook, selon l'acte d'accusation

La journaliste palestinienne Lama Ghosheh devant le tribunal de première instance de Jérusalem, le 21 mars 2023. (Crédit : Hiba Aslan/AFP)
La journaliste palestinienne Lama Ghosheh devant le tribunal de première instance de Jérusalem, le 21 mars 2023. (Crédit : Hiba Aslan/AFP)

Un tribunal israélien a condamné mardi une journaliste palestinienne de Jérusalem-Est, poursuivie pour incitation à la violence, à neuf mois de travaux d’intérêt général, a annoncé son avocat.

Lama Ghosheh, une journaliste indépendante de 30 ans travaillant pour plusieurs médias palestiniens, faisait l’objet d’une assignation à résidence depuis le mois de septembre.

Les autorités israéliennes l’avaient notamment accusée d »‘incitation à la violence » via des messages et sur son compte Facebook, selon l’acte d’accusation consulté par l’AFP.

En mars, la journaliste avait déclaré à l’AFP que ses publications sur Facebook reflétaient « le récit de la rue palestinienne et qu’elles n’étaient pas le produit de (son) imagination ».

Mère de deux jeunes enfants, Mme Ghosheh s’est vu infliger neuf mois de travaux d’intérêt général (TIG) et une amende de 4 500 shekels (environ 1 100 euros), a expliqué Mohamed Mahmoud, son avocat.

D’après le site du gouvernement, qui explique les modalités d’une peine de TIG, elle devra notamment fournir « des services d’intérêt public dans une institution (ou entité) de l’Etat ».

Par ailleurs, elle a été condamnée à une peine de prison avec sursis: si elle enfreint la loi dans les trois ans, elle sera emprisonnée pour six mois, a-t-il ajouté.

M. Mahmoud a fait état de son intention de faire appel du jugement.

L’Union des journalistes palestiniens a dénoncé un « jugement injuste », reflétant une « violation » de la liberté d’opinion et d’expression des journalistes.

En mars, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé à New York, avait exhorté les autorités israéliennes à « cesser de harceler les membres de la presse ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.