Israël critique le vote à l’UNESCO sur le mur Occidental
Rechercher

Israël critique le vote à l’UNESCO sur le mur Occidental

La proposition des Etats musulmans est 'une tentative de fausser l'histoire', selon le ministère des Affaires étrangères

Le mur Occidental à Jérusalem (Crédit photo: Yonatan Sindel/Flash90)
Le mur Occidental à Jérusalem (Crédit photo: Yonatan Sindel/Flash90)

Israël a déclaré lundi travailler pour contrecarrer une résolution palestinienne visant à déclarer le mur Occidental à Jérusalem comme un lieu saint musulman lors d’un vote mardi à l’UNESCO, l’organisme culturel de l’ONU.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a qualifié la proposition « de tentative pour déformer l’histoire, de brouiller les liens entre le peuple juif et son lieu le plus saint et de créer une fausse réalité».

Le mur Occidental est l’un des rares vestiges de l’ancien mur de soutènement qui soutenait un plateau artificiel sur lequel le Second Temple rénové se tenait sous le règne du roi Hérode. Le Temple et une grande partie de la muraille ont ensuite été détruits par les Romains en 70 de notre ère.

Pour les Juifs, a qui les règlements israéliens qui interdisent de prier sur le mont du Temple, le mur Occidental est le site de prière le plus proche du site antique du Saint des Saints à l’intérieur du Temple détruit. Il est considéré comme le site le plus sacré où les Juifs sont autorisés à prier.

Selon la tradition musulmane, le mur Occidental est l’endroit où Mahomet a attaché Buraq, son animal ailé, qu’il montait la nuit où il est monté au ciel. Au sommet, se trouve le Dôme du Rocher – un sanctuaire musulman – et la Mosquée Al-Aqsa.

La proposition de reconnaître le mur Occidental comme un lieu saint musulman a été soumise par six pays musulmans au nom des Palestiniens, selon le site Ynet.

La résolution exhorte également la communauté internationale à condamner Israël pour pousser « ses citoyens de porter des armes à la lumière de [la] récente vague de terreur », ainsi que pour les mesures prises récemment par Israël et l’armée israélienne à Jérusalem. Le texte, dont une copie a été obtenue par Ynet, fait référence à Jérusalem comme « la capitale occupée de la Palestine. »

De plus, les Palestiniens cherchent à faire condmaner les fouilles archéologiques israéliennes qui ont actuellement lieu à proximité du mont du Temple et dans la Vieille Ville de Jérusalem, ainsi que les « agressions et les mesures illégales prises contre la liberté de culte et l’accès des musulmans à la mosquée Al-Aqsa et les tentatives d’Israël pour briser le statu quo depuis 1967 ».

La ministre adjointe aux Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, a dénoncé lundi la proposition.

« Cette tentative palestinienne honteuse et trompeuse de réécrire l’histoire va échouer le test de la réalité », a déclaré Hotovely.

La députée du Likud a déclaré que son ministère ferait tous les efforts pour s’assurer que la proposition soit rejetée mardi par l’UNESCO.

La proposition devrait largement passer dans la mesure où la plupart des 58 membres de l’UNESCO soutiennent traditionnellement la cause palestinienne.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...