Israël demande à l’Irlande d’annuler un discours de Leila Khaled
Rechercher

Israël demande à l’Irlande d’annuler un discours de Leila Khaled

Gilad Erdan a dit dans une lettre adressée au ministre de l'Education irlandais que le discours organisé à Dublin par la terroriste palestinienne est un "théâtre de l'absurde"

Leila Khaled, terroriste palestinienne mise en examen, à Beyrouth, en janvier 2009. (Crédit : Sebastian Baryli/CC BY 2.0/Wikipedia)
Leila Khaled, terroriste palestinienne mise en examen, à Beyrouth, en janvier 2009. (Crédit : Sebastian Baryli/CC BY 2.0/Wikipedia)

Israël a écrit une lettre de protestation officielle à l’Irlande en raison de l’invitation de Leila Khaled, terroriste palestinienne condamnée dans une affaire de détournement d’avion et qui continue à prôner la violence contre les Israéliens, à prononcer un discours dans un club de professeurs de Dublin appartenant à l’Organisation des enseignants irlandais.

Le ministre des Affaires stratégiques Gilad Erdan a envoyé cette missive au ministre de l’Education de Dublin, Richard Bruton, demandant que l’apparition de Khaled soit annulée, a fait savoir jeudi la chaîne Hadashot.

Khaled devrait parler via vidéo dans un débat public accueilli par les groupes socialistes Anti Imperialist Action Ireland et Lasair Dhearg.

« C’est dur de comprendre comment l’Irlande, qui a également vécu de nombreux attentats terroristes, peut accepter d’honorer une terroriste qui exprime sa solidarité avec les attentats et qui les considère comme un outil légitime lors d’un événement éducatif », a écrit Erdan.

« Je vous implore d’annuler l’allocution de Khaled en Irlande et de rejoindre le grand nombre de pays qui interdisent aux terroristes de propager leurs messages et leurs idées criminelles », a ajouté Erdan dans le courrier.

Khaled avait été arrêtée par les agents de la sécurité aérienne en 1970 alors qu’elle tentait de détourner un vol El Al en provenance d’Amsterdam en compagnie d’un complice, qui avait été tué par les forces. Elle transportait deux grenades. Les autorités britanniques l’avaient ultérieurement libérée en échange de personnes qui avait été prises en otage lors d’un autre détournement qui était survenu un mois après son arrestation.

Elle avait déjà détourné en avion civil américain en 1969, le faisant atterrir à Damas, où deux passagers israéliens avaient été détenus pendant trois mois. Ils avaient été ensuite échangés contre des prisonniers de guerre syriens qui avaient été incarcérés en Israël.

Khaled est également membre du Front populaire de libération de la Palestine, une organisation considérée comme entité terroriste par l’Union européenne et placée sur liste noire.

Le discours que doit prononcer Khaled s’intitule « la Nakba et la Grande marche du Retour » et il a retenu l’attention en Israël lorsqu’il a été annoncé vendredi pour la première fois.

« L’Irlande et Israël partagent des antécédents de respect et de compréhension mutuels, en particulier dans la mesure où les deux pays chérissent les idéaux sur lesquels ils ont été fondés : la démocratie, la liberté et l’indépendance », a indiqué Erdan au ministre irlandais.

« Khaled a été impliquée dans deux détournements d’avions de transport de passagers et à ce jour, elle n’a jamais exprimé de regrets et elle continue à appeler ouvertement à la destruction d’Israël », a-t-il ajouté.

« Pour comprendre la farce derrière cet événement, on peut seulement imaginer ce qui serait arrivé si Israël avait invité Lawrence James Downey », a continué Erdan, se référant à un terroriste australien qui, en 1981, avait détourné un avion de passagers irlandais reliant Dublin à Londres.

Fresque à l’effigie de Leila Khaled en Cisjordanie, le 16 juin 2013 (Crédit : Ian Walton/Getty Images via JTA)

Israël avait lancé des protestations similaires au mois de septembre dernier, lorsque Khaled avait été invitée à Bruxelles pour s’exprimer devant le parlement européen par des débutés représentant le parti d’extrême-gauche espagnol Izquierda Unida, à l’université de Madrid et dans d’autres lieux en Espagne, quelques jours plus tard.

Dans son discours de Bruxelles, Khaled avait attaqué Israël et dit que les sionistes étaient pires que les nazis.

« Vous ne pouvez pas comparer les actions des nazis aux actions des sionistes à Gaza », avait-elle dit. « Les nazis ont été jugés à Nuremberg mais pas un seul sioniste n’a été présenté devant la justice », a-t-elle ajouté.

Le parlement européen avait ensuite condamné son discours.

« J’attends de tous les pays européens et du monde éclairé qu’ils entreprennent une initiative similaire à celle du parlement européen et qu’ils annoncent que les terroristes condamnés qui ont commis un acte terroriste sont illégitimes et qu’ils ne peuvent être considérés comme des égaux », a écrit le ministre israélien.

Il a expliqué que la démarche irlandaise n’était pas anti-israélienne mais « une action inhumaine qui va contre la morale et le sens commun ».

« J’espère que l’Irlande annulera ce théâtre de l’absurde », a-t-il dit.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...