Rechercher

Israël, en état d’alerte maximal, se prépare pour Yom Kippour

La Cisjordanie et Gaza seront fermés par l'armée pendant les 25 heures de la journée du Grand pardon ; les transports publics s'arrêteront avec des routes qui resteront vides

Un Israélien fait du skate-board sur une route vide de Jérusalem pour Yom Kippour, le 16 septembre 2021. (Crédit : Flash90)
Un Israélien fait du skate-board sur une route vide de Jérusalem pour Yom Kippour, le 16 septembre 2021. (Crédit : Flash90)

Israël se prépare à s’immobiliser, mardi soir, pour Yom Kippour, la journée du Grand pardon et jour le plus solennel du calendrier juif. Pour leur part, les forces de sécurité restent à l’affût dans un contexte de nombre record d’alertes terroristes dans les jours qui ont précédé la fête.

L’armée va aussi imposer la fermeture de la Cisjordanie et de Gaza, ce qui se fait de manière habituelle pendant les fêtes juives et israéliennes.

Les responsables de la sécurité ont reçu plus de 80 mises en garde ou informations portant sur de possibles attaques terroristes alors même que les Juifs israéliens se préparent à la journée de jeûne, selon les médias israéliens. Un nombre d’alertes plus élevé que l’année dernière, quand deux prisonniers palestiniens incarcérés pour terrorisme étaient encore en fuite suite à une évasion spectaculaire et que les forces de sécurité étaient aux prises avec une série d’attaques au couteau.

Ces alertes surviennent alors que le pays doit relever des défis en cette période de Grandes fêtes en matière de sécurité . Les soldats ont essuyé des tirs de plus en plus nombreux en Cisjordanie et il y a eu des affrontements répétés, ces dernières semaines, entre les forces de sécurité et les Palestiniens à Jérusalem-Est et dans la Vieille Ville. De plus, il y a eu plusieurs attentats à l’arme à feu ciblant des Israéliens qui ont échoué en Cisjordanie, la semaine dernière.

Selon la Treizième chaîne qui a donné cette information lundi, 26 bataillons militaires seront renforcés pendant Yom Kippour et des milliers de soldats israéliens resteront déployés en Cisjordanie et le long de la barrière de sécurité.

Le nombre de bataillons en Cisjordanie est aujourd’hui passé à 26 – il était de 13-14 aux environs du mois de mars, quand les militaires avaient lancé l’Opération Brise-lames, en réponse à une vague d’attentats terroristes qui avait fait 19 morts du côté israélien entre le mois de mars et le mois de mai.

Les forces de sécurité israéliennes mènent une opération suite à des coups de feu dans le village de Salem, près de Naplouse, en Cisjordanie, le 2 octobre 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Ce sont plus de 2 000 Palestiniens qui ont été placés en état d’arrestation depuis le début de cette opération antiterroriste, au printemps, et plus de 200 ont été tués au cours de ce qui est devenu la période la plus meurtrière en Cisjordanie de mémoire récente.

La majorité des Palestiniens tués étaient des terroristes qui avaient ouvert le feu, ou des jeunes émeutiers qui jetaient des grenades artisanales ou des pierres en direction des soldats qui pénétraient dans leur quartier. Plusieurs civils qui n’étaient pas impliqués dans les violences ont également trouvé la mort.

Une paralysie nationale

Dès mardi après-midi, tous les vols en partance et à destination de l’aéroport Ben Gurion seront interrompus et l’espace aérien israélien sera fermé aux avions alors que les Juifs israéliens marqueront Yom Kippour. Le trafic aérien reprendra mercredi soir. Les postes-frontières seront aussi fermés et ils rouvriront mercredi dans la soirée.

Toutes les radios locales et toutes les chaînes de télévision seront graduellement réduites au silence à l’approche du crépuscule, mardi.

Les transports publics arrêteront, eux aussi, de circuler petit à petit, les bus et les trains interrompant leurs navettes jusqu’à la fin du jour du jeûne. Les Israéliens pourront à nouveau graduellement emprunter les bus et les transports intercités dans la soirée de mercredi.

Un homme juif à une intersection de Jérusalem, juste après le crépuscule et au début de Yom Kippour, le 15 septembre 2021. (Crédit :AP Photo/Maya Alleruzzo)

Dès mardi soir et conformément à la tradition nationale, les routes devraient être largement vides – laissant la place à de nombreux vélos et autres véhicules non-motorisés. La conduite automobile est considérée comme interdite pendant Yom Kippour et de nombreux Israéliens laïcs ont transformé la journée en fête de la bicyclette, profitant des routes délaissées par les voitures.

Pour les Juifs religieux et respectueux de la tradition, ce jeûne de 25 heures devrait commencer à 17 heures 45 à Jérusalem et à 18 heures 01 à Tel Aviv. Il s’achèvera mercredi à 18 heures 55 et à 18 heures 57 respectivement.

Les forces de sécurité est les services de secours resteront, pour leur part, en état d’alerte élevé pendant toute la journée.

Pour le Magen David Adom et les autres services d’urgence, Yom Kippour est l’une des journées les plus chargées de l’année avec des centaines de personnels supplémentaires – médecins, secouristes et bénévoles – qui sont déployés dans tout le pays.

La majorité des interventions, pendant la fête, concerne des accidents de la route alors que des milliers d’enfants et d’adolescents profitent des rues désertes pour faire du vélo. Parmi les autres interventions, les enfants laissés par leurs parents aux abords des synagogues sans surveillance et, bien sûr, la déshydratation et autres complications issues du jeûne.

L’année dernière, un petit garçon de 12 ans avait trouvé la mort de manière tragique quand son vélo avait été renversé par un chauffard en état d’ébriété, et un autre petit garçon de onze ans avait été grièvement blessé dans un incident distinct.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...