Israël est inondé par la culture gay, selon un rabbin de droite
Rechercher

Israël est inondé par la culture gay, selon un rabbin de droite

Yehoshua Shapira, responsable de la yeshiva de Ramat Gan, a vivement recommandé à ses fidèles de "faire la guerre" au nom des valeurs familiales traditionnelles

Le rabbin Yehoshua Shapira, chef de la yeshiva de Ramat Gan, lors d'une conférence religieuse de droite , le 6 mars 2018 (Capture d'écran : Ynet)
Le rabbin Yehoshua Shapira, chef de la yeshiva de Ramat Gan, lors d'une conférence religieuse de droite , le 6 mars 2018 (Capture d'écran : Ynet)

Un éminent rabbin israélien a suscité une vive indignation mardi en disant que le pays était devenu un pays « groupie des LGBT » qui était inondé de culture gay. Il a par ailleurs demandé à ses fidèles de « faire la guerre » au nom des valeurs familiales traditionnelles.

S’exprimant lors d’une conférence religieuse de droite, le rabbin Yehoshua Shapira, responsable de la yeshiva de Ramat Gan, a dit que la « culture homosexuelle » était « une maladie qui ne cesse de se propager ».

Cette conférence voulait encourager à l’opposition au mariage homosexuel. Soulignant que ni lui, ni ses fidèles n’étaient homophobes, Shapira a ajouté que la culture israélienne qualifiait dorénavant « d’extrémiste » quiconque s’opposait à l’homosexualité.

« Quelqu’un qui s’exprime en faveur d’une famille saine et basée sur la foi est considéré comme ayant des phobies, comme quelqu’un qui serait extrémiste », a-t-il dit. « Pourquoi ? Parce qu’il a exprimé une opinion qui est à la base de toute l’humanité et de la Torah toute entière ! »

Shapira, qui est également enseignant à l’université Bar-Ilan, a déclaré qu’il n’y avait rien d’homophobe ou d’extrémiste à désirer des valeurs juives traditionnelles dans le cadre familial.

« J’ai investi beaucoup de temps à aider ceux qui ont des difficultés dans ce domaine [de l’homosexualité] », a-t-il ajouté. « Mais il y a une maladie qui est en train de se propager et de prendre le dessus. Nous sommes en train de devenir un pays qui ressemble de plus en plus à une groupie du mouvement LGBT ».

Rejetant les appels du camp nationaliste religieux à adopter une approche plus modérée de la question, Shapira a expliqué que « nous sommes maintenant attaqués pour cette plate-forme [d’opposition à l’homosexualité] comme si nous avions quitté le camp national religieux et que nous étions devenus des ultra-orthodoxes. On nous hait parce que notre esprit est sain ».

La yeshiva de Shapira fait partie du système Hesder, qui combine l’étude de la Torah au service militaire. Elle est reconnue par le gouvernement et reçoit des fonds publics.

Ces propos ont suscité l’indignation.

Zehava Galon, cheffe du parti de gauche du Meretz, a accusé sur Twitter le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’hypocrisie dans le financement de la yeshiva de Shapira.

« Netanyahu peut bien parler jusqu’à demain aux Etats-Unis de l’intégration de la communauté gay mais tant que l’Etat continuera à financer ce rabbin, il représentera davantage le pays que n’importe quel autre discours de l’AIPAC », a-t-elle écrit.

Des militants ont organisé une manifestation via Facebook qui se tiendra aux abords de la yeshiva de Ramat Gan la semaine prochaine.

Shapira est l’un des dizaines de rabbins ayant signé une lettre envoyée à la ministre de la Justice Ayelet Shaked s’opposant à l’adoption par les groupes homosexuels.

« Ces derniers jours, des voix se font entendre qui cherchent à changer les coutumes de l’Etat d’une manière contraire à la moralité humaine qui émane de notre sainte Torah », avaient écrit les rabbins, se référant au texte central et aux enseignements dérivés du judaïsme.

« Notre sainte Torah est un phare et une boussole morale pour le peuple juif et pour le monde entier. Il est donc souhaitable qu’en Israël nous nous tenions sur nos gardes pour renforcer les valeurs familiales et préserver un espace public qui respecte les valeurs de la moralité humaine et du judaïsme », ont-ils dit. « Nous soutenons tous les représentants publics qui agissent dans ce sens ».

Stuart Winer a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...