Rechercher

Israël et Boeing ont signé un accord « d’approvisionnement réciproque »

Cet accord pourrait apaiser les inquiétudes portant sur l'enveloppe d'aide militaire américaine accordée à Israël, qui ne peut-être dépensée qu'en matériel de défense américain

Un F-15 de l'armée de l'air israélienne décolle le 8 novembre 2017 lors de l'exercice Blue Flag à la base aérienne d'Ovda, au nord de la ville israélienne d'Eilat. (Jack Guez/AFP)
Un F-15 de l'armée de l'air israélienne décolle le 8 novembre 2017 lors de l'exercice Blue Flag à la base aérienne d'Ovda, au nord de la ville israélienne d'Eilat. (Jack Guez/AFP)

Le ministère de l’Economie a annoncé mardi avoir conclu un accord avec le constructeur aérien Boeing. Si la multinationale décroche certains contrats israéliens dans le secteur de la Défense, elle injectera des milliards de dollars dans l’économie israélienne.

L’accord « d’approvisionnement réciproque » prévoit une collaboration entre Boeing et les compagnies israéliennes à hauteur de 35 % minimum de la valeur de chaque transaction qu’il signe avec le gouvernement israélien, selon Reuters.

Le ministère a indiqué que Boeing est en lice en Israël pour plusieurs appels d’offres importants, notamment la fabrication d’avions F-15 supplémentaires, d’avions ravitailleurs et d’hélicoptères de transport.

Le ministère de l’Economie a indiqué qu’Israël s’attend à dépenser plus de 10 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années, et l’accord représentera 3,5 millions de dollars en nouvelles entreprises en Israël, selon Reuters.

Cet accord pourrait balayer les craintes, au sein de l’industrie israélienne de la défense, portant sur l’enveloppe d’aide militaire américaine accordée à Israël. D’un montant de 38 milliards de dollars en assistance militaire, sur une durée de 10 ans, à commencer en 2019, cette aide – la plus conséquente du genre – pourrait décimer l’industrie locale parce qu’elle exige que les fonds soient dépensés en armes de fabrication américaine.

En mai, le ministère de la Défense a déclaré aux députés que 22 000 employés du secteur de la défense pourraient se retrouver sans emploi et qu’il s’attendait à une perte annuelle de 1,3 milliard de dollars, à moins que le président Donald Trump n’accepte d’amender la clause imposant à Israël de ne dépenser le contenu de l’enveloppe d’aide militaire en armes de fabrication américaine.

Une clause spécifie la suppression progressive d’une pratique qui a permis à Israël d’utiliser 2,63 % des fonds dans sa propre industrie de la défense. D’ici 2028, la totalité des fonds aura été dépensée dans des équipements de défense américains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...