Israël et l’AP luttent ensemble contre la pandémie de COVID-19
Rechercher

Israël et l’AP luttent ensemble contre la pandémie de COVID-19

Un officiel palestinien affirme que la contagion "ne connaît pas de frontières" ; un membre du ministère de la Défense affirme que la coopération est "très étroite et très forte"

Les forces de sécurité palestiniennes bloquent l'entrée de l'Angel Hotel dans la ville de Bethléem en Cisjordanie, le 5 mars 2020. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Les forces de sécurité palestiniennes bloquent l'entrée de l'Angel Hotel dans la ville de Bethléem en Cisjordanie, le 5 mars 2020. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Israël et l’Autorité palestinienne (AP) ont intensifié leur coordination au cours des dernières semaines afin de tenter de contenir la propagation du nouveau coronavirus, a déclaré mercredi un haut responsable palestinien, alors que les accès aux parties de Cisjordanie administrées par l’Autorité palestinienne ont été fermés pour limiter la propagation du coronavirus, s’appliquant à tous les Palestiniens, ont indiqué mercredi les autorités israéliennes et palestiniennes.

Les Palestiniens souffrant de maladies graves seront toutefois autorisés à entrer en Israël afin d’y être soignés, a affirmé Yotam Shefer, chef du département international du COGAT. La circulation des marchandises ne sera pas affectée. Par ailleurs, les étrangers résidant en Israël ne seront pas autorisés à entrer en Cisjordanie, a ajouté Shefer.

Alors que les responsables israéliens et palestiniens travaillent depuis longtemps en coopération dans les domaines de la sécurité et des affaires civiles, ils ont récemment mis en place un dispositif spécial visant à communiquer « à chaque instant » sur toutes les questions liées au virus, a déclaré le responsable, qui a requis l’anonymat, au Times of Israël.

« Le virus ne connaît pas de frontières et peut infecter tout le monde », a déclaré le responsable, ajoutant que les Palestiniens s’opposent à « l’occupation mais doivent travailler » avec Israël sur cette question.

Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), l’organe du ministère de la Défense chargé de la liaison avec les Palestiniens, n’a pas répondu à une demande de commentaires par courrier électronique concernant les propos du responsable.

Des ouvriers palestiniens entrent en Israël à un point de contrôle entre les villes d’Hébron et de Beer Sheva, portant des couvertures et des matelas, le 18 mars 2020 – pour la première fois, ils devront rester un à deux mois en Israël. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

Cependant, Shefer a déclaré mercredi lors d’une conférence de presse que la coordination entre Israël et les Palestiniens était « très étroite et très forte ».

Il a également déclaré qu’Israël avait fourni aux Palestiniens 400 kits de test au virus et 500 kits de protection pour les professionnels de la santé et les forces de sécurité, ajoutant que des professionnels de la santé israéliens et palestiniens avaient participé à des ateliers conjoints sur l’infection.

Le responsable palestinien a déclaré que Hussen al-Sheikh, le chef de la Commission des affaires civiles de l’AP, dirigeait du côté palestinien le dispositif de communication avec Israël, tout en notant que les ministres de la Santé, de l’Agriculture, de l’Economie et des Finances de l’AP y participaient également.

Hussein al-Sheikh, proche de Mahmoud Abbas, a donné une interview à Palestine TV, la chaîne officielle de l’Autorité palestinienne. (Crédit : capture d’écran Palestine TV)

« S’il y a quelque chose dont nous devons discuter avec la partie israélienne au sujet de cette contagion, nous le faisons par le biais de ce dispositif », a-t-il dit. « Des messages s’échangent en permanence. »

Le responsable a également déclaré que les deux parties avaient réglé un certain nombre de questions par le biais de ce dispositif, notamment concernant la manière de traiter avec les Palestiniens qui travaillent en Israël.

Le bureau du ministre de la Défense, Naftali Bennett, a déclaré mardi qu’il avait ordonné aux autorités d’autoriser les Palestiniens travaillant dans les « secteurs essentiels » en Israël à passer un à deux mois dans le pays, avec leurs employeurs devant leur trouver un endroit où loger.

Peu après, le Premier ministre de l’AP, Mohammed Shtayyeh, avait déclaré que les Palestiniens qui travaillent en Israël auraient trois jours pour quitter la Cisjordanie et devaient s’organiser en coordination avec leurs employeurs pour leurs logements.

Shefer a déclaré que les travailleurs palestiniens ne seraient pas autorisés à faire des allers-retours entre Israël et la Cisjordanie. Quelque 70 000 Palestiniens de Cisjordanie travaillent en Israël, principalement dans l’agriculture et le bâtiment, et font en temps normal le trajet tous les jours.

Des milliers de Palestiniens sont ainsi passés en Israël mercredi matin, dont beaucoup avec un sac sur le dos, a constaté un photographe de l’AFP.

Le responsable palestinien qui s’est entretenu avec le Times of Israël a également déclaré que le dispositif de communication devrait si nécessaire permettre l’organisation de réunions entre les autorités israéliennes et palestiniennes.

« Nous avons déjà rencontré les ministres des Finances israélien et palestinien afin de discuter du ressort économique », a-t-il dit, en référence à Moshe Kahlon et Shukri Bishara.

Israël contrôle la zone dite « C » de la Cisjordanie, et l’Autorité palestinienne exerce des pouvoirs plus ou moins limités sur les zones « A » et « B », principalement urbaines et qui représentent 40 % du territoire de la Cisjordanie, conformément aux accords d’Oslo de 1993 sur l’autonomie palestinienne.

À ce jour, 433 contaminations au coronavirus ont été recensées en Israël, et 44 dans les Territoires palestiniens.

Nathan Jeffay et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...