Rechercher
Viande et houmous de l'espace

Israël finalise les expériences pour la prochaine mission dans l’espace

35 projets, faisant partie du programme Rakia de recherche sur la Station spatiale internationale, seront réalisés par l'astronaute israélien Eytan Stibbe au printemps

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

  • Le Fluidic Telescope Experiment (FLUTE), a été conçu et construit par des chercheurs de la faculté de génie mécanique du Technion en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA. (Crédit : Avec l'aimable autorisation du Technion)
    Le Fluidic Telescope Experiment (FLUTE), a été conçu et construit par des chercheurs de la faculté de génie mécanique du Technion en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA. (Crédit : Avec l'aimable autorisation du Technion)
  • L'astronaute israélien Eytan Stibbe (Crédit : Ori Burg)
    L'astronaute israélien Eytan Stibbe (Crédit : Ori Burg)
  • Dans le cadre de la mission spatiale Rakia, l'expérience "Meat for Space" étudiera l'impact de l'absence de gravité sur la culture des cellules animales qui constituent le tissu musculaire de la viande de culture. (Crédit : Aleph Farms)
    Dans le cadre de la mission spatiale Rakia, l'expérience "Meat for Space" étudiera l'impact de l'absence de gravité sur la culture des cellules animales qui constituent le tissu musculaire de la viande de culture. (Crédit : Aleph Farms)
  • L'expérience FLUTE (Fluidic Telescope Experiment) étudiera la possibilité de tirer parti de la microgravité pour produire des lentilles de haute qualité en façonnant des liquides selon les géométries souhaitées, puis en les solidifiant. (Crédit : Technion)
    L'expérience FLUTE (Fluidic Telescope Experiment) étudiera la possibilité de tirer parti de la microgravité pour produire des lentilles de haute qualité en façonnant des liquides selon les géométries souhaitées, puis en les solidifiant. (Crédit : Technion)
  • L'astronaute israélien Eytan Stibbe s'entraîne pour la mission Rakia, janvier 2022. (Crédit : Ori Burg)
    L'astronaute israélien Eytan Stibbe s'entraîne pour la mission Rakia, janvier 2022. (Crédit : Ori Burg)
  • L'astronaute israélien Eytan Stibbe s'entraîne pour la prochaine mission spatiale Rakia au printemps 2022. (Crédit : Ori Burg)
    L'astronaute israélien Eytan Stibbe s'entraîne pour la prochaine mission spatiale Rakia au printemps 2022. (Crédit : Ori Burg)
  • Eytan Stibbe s'entraîne pour une étude avec le Fluidic Telescope Experiment (FLUTE) conçu et construit par des chercheurs de la faculté de génie mécanique du Technion en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA. (Crédit : avec l'aimable autorisation du Technion)
    Eytan Stibbe s'entraîne pour une étude avec le Fluidic Telescope Experiment (FLUTE) conçu et construit par des chercheurs de la faculté de génie mécanique du Technion en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA. (Crédit : avec l'aimable autorisation du Technion)

Israël a finalisé 35 expériences scientifiques, médicales et éducatives qui seront réalisées au printemps par l’astronaute israélien Eytan Stibbe dans le cadre de la mission Rakia à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Les expériences à venir ont reçu l’approbation finale de la Fondation Ramon, de l’Agence spatiale israélienne et du ministère de l’Innovation, des Sciences et de la Technologie, ont annoncé les parties lundi, et devraient « sauver de nombreuses années de recherche pour des centaines de chercheurs et d’ingénieurs de dizaines d’entreprises, d’universités et d’hôpitaux israéliens ».

Le programme Rakia fait partie d’Axiom Space Ax-1, la première mission privée au monde vers l’ISS, prévue pour ce printemps. Stibbe se rendra à l’ISS à bord d’une capsule Dragon de SpaceX à la fin du mois de mars (date cible : 31 mars 2022), pour devenir potentiellement le deuxième astronaute israélien dans l’espace.

La mission sera dirigée par l’astronaute hispano-américain Michael Lopez-Alegria, vice-président d’Axiom Space, et sera accompagnée, outre Stibbe, du pilote de la mission Ax-1, Larry Connor, entrepreneur américain et investisseur activiste à but non lucratif, et de Mark Pathy, spécialiste de la mission Ax-1 et chercheur canadien.

Une image de la station spatiale internationale (Crédit : Andrey Armyagov Dreamstime)

La mission globale « inaugurera une nouvelle phase d’utilisation de la micro-gravité par des entités non gouvernementales, jetant les bases d’une réalisation complète des possibilités de l’orbite terrestre basse et ramenant sur Terre des découvertes essentielles », selon Axiom Space.

Israël a initialement proposé 44 expériences l’année dernière, à la suite d’un appel lancé fin 2020 aux scientifiques et aux entrepreneurs, et en a retenu 35 en coordination avec la NASA et l’Agence spatiale européenne.

Les expériences qui seront réalisées pendant la semaine que Stibbe passera à bord de l’ISS, ont déclaré les parties lundi, « ont une importance extraordinaire et un énorme potentiel pour soutenir la vie des astronautes dans l’espace et améliorer considérablement la vie sur Terre. Le phénomène de micro-gravité (…) permet de réaliser des expériences innovantes tant sur le plan scientifique que technologique et de développer des produits plus efficacement que dans les conditions gravitationnelles de la Terre. »

Les projets sélectionnés reflètent un large éventail de disciplines scientifiques et technologiques – notamment les rayonnements, la génomique, l’immunologie, le fonctionnement des neurones, la communication quantique, l’astrophysique, l’agro-technologie, les communications, l’optique, l’ophtalmologie, les dispositifs médicaux et la recherche sur les maladies.

L’une des expériences de la mission Rakia examinera comment la microgravité affecte les  » nano-fantômes « , ou cellules nanométriques qui aident à la réparation des organes. (Crédit : autorisation)

Parmi les expériences approuvées figurent des diagnostics génétiques basés sur CRISPR pour la détection d’agents pathogènes viraux et bactériens, de gènes de résistance aux anti-microbiens et de divers contaminants, dirigés par le Dr David Burstein de l’Université de Tel Aviv et le Dr Gur Pines du Centre Volcani ; une analyse du dysfonctionnement immunitaire induit par les voyages spatiaux pour faciliter le développement de thérapies personnalisées, dirigé par le Prof. Yaacov Lawrence de l’hôpital Sheba, en collaboration avec la société israélienne d’oncologie de précision Oncohost et l’université Thomas Jefferson de Philadelphie ; et une étude sur la façon dont la micro-gravité affecte les « nano-fantômes », ou cellules nanométriques extraites des membranes des cellules souches, qui contribuent à la guérison des organes et tempèrent les réactions immunitaires.

Une autre expérience consistera à effectuer des analyses d’urine, c’est-à-dire des analyses et des dépistages de l’urine à des fins médicales, dans l’espace en utilisant une technologie développée par Healthy.io, le fabricant israélien d’une application pour smartphone approuvée par la FDA qui permet aux utilisateurs de faire des analyses d’urine à domicile.

Dans le domaine de l’alimentation, Stibbe mènera des recherches sur l’impact de l’absence de gravité sur la culture des cellules animales qui constituent le tissu musculaire de la viande cultivée, en collaboration avec la startup israélienne Aleph Farms, qui cultive la viande directement à partir de cellules de bovins. Selon la société, l’étude permettra à Aleph de « développer un processus complet de production de viande cultivée pour les missions spatiales à long terme et de mettre au point un processus de production efficace qui réduit l’empreinte écologique sur la Terre. »

L’expérience du  » houmous spatial « , qui fait partie de la mission Rakia, étudiera la culture de pois chiches dans l’espace, dirigée par le Dr Yonatan Winetraub. (Crédit : Aviv Labs)

Une autre expérience liée à l’alimentation, baptisée « Space hummus », étudiera la culture de pois chiches dans l’espace. Elle sera menée par le Dr Yonatan Winetraub, l’un des fondateurs du vaisseau spatial Beresheet, ainsi que par des scientifiques et des ingénieurs d’Israël et de l’université de Stanford, l’équipe de Moon2Mars Ventures, D-Mars et des étudiants du Yeruham Science Center.

Dix des expériences sélectionnées sont le fruit d’une collaboration avec des partenaires de recherche internationaux. L’une de ces expériences, le Fluidic Telescope Experiment (FLUTE), a été conçue et construite par des chercheurs de la faculté de génie mécanique du Technion en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA. Elle permettra d’étudier la possibilité de tirer parti de la micro-gravité pour produire des lentilles de haute qualité en façonnant des liquides selon les géométries souhaitées, puis en les solidifiant. Une démonstration réussie à bord de l’ISS ouvrira la voie à la fabrication de composants optiques avancés dans l’espace, y compris la création de télescopes spatiaux de très grande taille, en surmontant les contraintes de lancement actuelles, selon le communiqué.

Parmi les expériences écartées de la prochaine mission, une étude visant à tester les performances d’une batterie lithium-ion innovante dans des conditions de micro-gravité, un partenariat entre la compagnie d’électricité israélienne et l’entreprise israélienne StoreDot spécialisée dans la technologie des batteries, ainsi que des recherches visant à caractériser les cellules leucémiques dans des conditions de micro-gravité en présence et en l’absence de chimiothérapie.

Stibbe a passé plusieurs mois à suivre un entraînement intensif avec la NASA pour les 35 expériences et les préparatifs généraux de la mission.

Eytan Stibbe s’entraîne pour une étude avec le Fluidic Telescope Experiment (FLUTE) conçu et construit par des chercheurs de la faculté de génie mécanique du Technion en collaboration avec une équipe de chercheurs de la NASA. (Crédit : avec l’aimable autorisation du Technion)

Dans une déclaration lundi, Stibbe a déclaré que les expériences ont « une signification énorme » et aideront « des dizaines de chercheurs israéliens à faire avancer leurs importants travaux, à s’engager dans la durabilité au profit de la vie sur Terre, à aider l’industrie spatiale israélienne à s’intégrer dans le domaine international, public et commercial et à la propulser vers l’avant. »

Inbal Kreiss, experte de l’industrie spatiale et présidente du comité scientifique et technologique du programme Rakia, a déclaré que la mission était une « occasion sans précédent pour les entrepreneurs et les chercheurs israéliens de faire avancer des idées innovantes et de tester leurs expériences dans un environnement spatial, faisant ainsi progresser la recherche et les connaissances dans ce domaine. »

Le succès des expériences scientifiques « devrait conduire à l’établissement d’entreprises spatiales et à la création d’emplois », a ajouté Mme Kreiss, qui est également cheffe de la division des systèmes d’innovation pour les missiles et l’espace à l’IAI-Israel Aerospace Industries.

Un kit d’analyse d’urine de la société israélienne Healthy.io. (Crédit : Aya Wind)

La ministre israélienne de l’Innovation, des Sciences et de la Technologie, Orit Farkash-Hacohen, a déclaré que l’industrie spatiale mondiale connaissait une « révolution » et qu’Israël devait promouvoir l’aspect civil de ce domaine tout en l’intégrant au secteur technologique israélien.

La mission Rakia « fait partie d’un important processus d’autonomisation de cette industrie », a-t-elle déclaré.

Shoshanna Solomon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...