Rechercher

Israël frappe une « usine à roquettes » à Gaza après des tirs de roquettes vers le sud

Selon Tsahal, les frappes aériennes ont visé des installations souterraines du Hamas dans le centre de la bande de Gaza en représailles à 4 roquettes lancées vers Israël

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

L’armée israélienne a frappé la bande de Gaza tôt vendredi matin, quelques heures après que quatre roquettes ont été lancées sur Israël depuis l’enclave palestinienne dirigée par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’armée israélienne a déclaré avoir lancé des frappes aériennes sur une installation souterraine « unique » de fabrication de roquettes utilisée par le groupe terroriste du Hamas.

Elle a publié une photo satellite de ce qu’elle a déclaré être le site, montrant une zone proche de plusieurs bâtiments et de parcelles agricoles, à la limite nord-ouest du camp de réfugiés d’al-Maghazi, dans le centre de Gaza. Il s’agit de la troisième installation de ce type ciblée depuis avril.

« La frappe a été effectuée en réponse à des tirs de roquettes depuis le territoire de Gaza vers le territoire israélien plus tôt dans la soirée », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué peu avant 4h du matin.

Le commandant du « centre de tir » du Commandement du Sud de Tsahal, chargé de coordonner les opérations offensives de l’unité, a déclaré que le site avait été bombardé avec 19 tonnes de munitions.

« Cela aura pour conséquence de nuire aux tentatives du groupe terroriste du Hamas de se développer et de s’armer », a déclaré le colonel Yud, identifié par l’initiale de son prénom en hébreu.

L’agence de presse palestinienne Shehab a déclaré qu’un « site de résistance » à al-Maghazi avait été touché.

Aucun blessé n’a été signalé.

Des photos partagées sur les réseaux sociaux ont montré des boules de feu et de la fumée à Gaza suite aux frappes aériennes. Des vidéos non-vérifiées montrent des frappes successives sur la même zone à plusieurs reprises, tandis que l’on entend des avions.

Pendant les frappes, les Palestiniens ont vraisemblablement tiré à la mitrailleuse lourde sur les avions israéliens au-dessus de l’enclave côtière. Au moins une maison de la ville de Sderot, dans le sud du pays, a été touchée par une balle en retombant à terre.

L’attaque de représailles est intervenue après que quatre roquettes ont été lancées depuis la bande de Gaza vers Israël jeudi.

L’une d’entre elles a été interceptée par le système de défense aérienne Dôme de fer au-dessus d’une ville frontalière, et les trois autres ont échoué dans la bande, selon l’armée israélienne.

Aucun blessé ni aucun dégât matériel n’ont été signalés à la suite de ces attaques à la roquette.

Aucun groupe palestinien n’a encore revendiqué les tirs, mais Tsahal a déclaré qu’elle tenait le Hamas pour responsable.

Les tirs de roquettes sont intervenus quelques heures après qu’un membre du Jihad islamique palestinien a été tué lors d’une opération militaire israélienne dans la ville de Jénine, en Cisjordanie. Le Jihad islamique palestinien, basé à Gaza, a identifié Farouk Salameh comme un « commandant » du groupe terroriste.

Dans une déclaration commune, Tsahal et la police des frontières ont déclaré que Salameh était impliqué dans le meurtre d’un commando de police au début de l’année et qu’il avait planifié d’autres attaques.

Farouk Salameh portant un uniforme du Jihad islamique palestinien dans la ville de Jénine, en Cisjordanie. (Crédit : Réseaux sociaux)

Israël répond généralement par des frappes aériennes contre les sites du Hamas, quel que soit le groupe qui a lancé l’attaque, en faisant remarquer qu’il est responsable de toute attaque émanant du territoire. Il a, cependant, déjà dirigé sa réponse vers le Jihad islamique palestinien, si le groupe terroriste en avait revendiqué la responsabilité.

La dernière fois que des roquettes ont été tirées en direction d’Israël depuis l’enclave côtière, c’était lors d’une opération de trois jours contre le Jihad islamique palestinien en août, au cours de laquelle quelque 1 175 roquettes avaient été lancées.

Les tensions sont montées en flèche en Cisjordanie récemment, alors que l’armée a poursuivi une offensive anti-terroriste principalement axée sur le nord de la Cisjordanie, bien que la violence ne se soit généralement pas étendue à Gaza.

Cette campagne a permis de procéder à plus de 2 000 arrestations lors de raids quasi-quotidiens, mais a également fait plus de 125 morts parmi les Palestiniens, dont beaucoup – mais pas tous – en train de commettre des attentats ou lors d’affrontements avec les forces de sécurité.

Plus tôt dans la journée de jeudi, Israël a annoncé qu’il supprimait les points de contrôle à l’entrée et à la sortie de la ville de Naplouse. Israël avait imposé ces restrictions il y a plusieurs semaines, en réponse à un nouveau groupe terroriste connu sous le nom de « Fosse aux lions ». L’armée a mené des opérations répétées dans la ville ces dernières semaines, tuant ou arrêtant les principaux commandants du groupe.

L’offensive anti-terroriste de Tsahal en Cisjordanie a été lancée à la suite d’une série d’attentats palestiniens qui ont fait 19 morts au début de l’année.

Un Israélien a été tué dans une attaque à Hébron samedi, une autre femme a été tuée dans une attaque présumée en septembre, et quatre soldats ont été tués en Cisjordanie dans des attaques et au cours des opérations d’arrestation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...