Israël impose de nouvelles restrictions sur les rassemblements
Rechercher

Israël impose de nouvelles restrictions sur les rassemblements

Les taux d'infection vont encore augmenter dans les semaines à venir, selon Naftali Bennett

Une affiche prônant le port du masque dans les espaces clos à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une affiche prônant le port du masque dans les espaces clos à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé a expliqué dimanche qu’à partir du milieu de la semaine, des limitations seraient réimposées sur les rassemblements – des mesures qui viendront restreindre l’accès aux événements privés et publics. De plus, les règles de distanciation sociale seront strictement remises en vigueur dans les commerces et autres entreprises où les employés sont en contact direct avec les clients, notamment dans les magasins et les centres commerciaux.

Ces nouvelles mesures ont pour objectif de ralentir une récente augmentation du nombre d’infections à la COVID-19. Le nombre de nouveaux cas quotidiens a atteint des niveaux sans précédent depuis six mois et le pays était parvenu, dans l’intervalle, à réduire le nombre de nouveaux cas à à peine une dizaine par jour en moyenne.

Le gouvernement est bien déterminé à ne pas avoir recours à ce qui serait le quatrième confinement imposé au pays depuis l’apparition de l’épidémie de coronavirus en Israël et il prône la vaccination – en plus de certaines restrictions – comme autant de moyens de lutter contre la vague d’infections qui est attendue avant que les chiffres ne baissent une nouvelle fois en termes de morbidité.

Selon les nouvelles directives, les rassemblements privés pourront accueillir 100 personnes en plein air et 50 personnes en espace clos. Dans les salles de spectacle, la limitation sera de 500 personnes en espace ouvert et de 400 personnes en espace fermé. Aucun événement organisé ne pourra par ailleurs dépasser les 75 % de la pleine capacité d’accueil des lieux.

Les événements importants où il n’y a pas de siège marqué seront limités à 1 000 personnes à l’intérieur et à 5 000 personnes à l’extérieur.

Le port du masque sera obligatoire dans tous les espaces clos – sauf dans les foyers individuels – ainsi que dans les regroupements extérieurs réunissant au moins cent personnes. Le port du masque est déjà obligatoire à l’intérieur des espaces publics.

Toutes ces nouvelles instructions, qui devraient être mises en vigueur dès mercredi, doivent encore être approuvées par le cabinet et par la Knesset.

Ces restrictions sont venues s’ajouter à la dernière minute à une série de mesures qui avaient d’ores et déjà été approuvées et qui doivent être appliquées, elles aussi, mercredi – avec l’expansion du système du pass vert, qui permet aux Israéliens en mesure de présenter une preuve de vaccination ou de guérison du coronavirus ou un test PCR négatif datant de moins de 72 heures d’accéder à certains événements et à divers endroits.

Dès mercredi, le pass vert, qui est déjà en place pour les événements regroupant plus de cent personnes, deviendra également nécessaire lors des événements culturels et sportifs, lors des conférences, des expositions, mais aussi dans les hôtels, dans les clubs de gym, dans les piscines, dans les salles événementielles, dans les festivals, dans les restaurants, dans les bars, dans les cantines, dans les musées, dans les bibliothèques, dans les attractions touristiques, dans les universités et dans les établissements d’enseignement supérieur.

Les directives du pass vert seront applicables à tous les Israéliens âgés de trois ans et plus. L’État va subventionner les tests de dépistage à la COVID-19 pour les enfants de 3 à 11 ans, qui sont inéligibles au vaccin. Les plus âgés – qui ont donc le droit de se faire vacciner – devront payer le test de leur poche.

Un Israélien se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de vaccination à Modiin, le 15 août 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Alors qu’il visitait l’unité de prise en charge des malades atteints par le coronavirus à l’hôpital Ichilov, dans la journée de dimanche, le Premier ministre Naftali Bennett a averti que le monde entier, y compris Israël, était aux prises avec le variant Delta, très contagieux.

Bennett a expliqué que le pays « atteindra un pic en termes de morbidité dans les prochaines semaines », recommandant vivement aux Israéliens de se faire vacciner et interpellant en particulier les citoyens qui ont droit à une injection de rappel.

« Ne pas se faire administrer la troisième dose est potentiellement mortel », a ajouté Bennett qui a prédit que plus d’un million d’Israéliens auraient reçu l’injection de rappel – elle a été mise à la disposition des citoyens de 60 ans et plus le mois dernier et elle est dorénavant proposée aux personnes de 50 ans et plus – dès mardi.

« Allez vous faire vacciner dès aujourd’hui », s’est-il exclamé. « Allez-y maintenant ».

Dimanche soir, 925 116 Israéliens avaient reçu une précieuse troisième dose, selon les chiffres du ministère de la Santé.

Certaines données initiales semblent indiquer que le rappel aide à réduire l’infection et la gravité des symptômes parmi les personnes qui sont contaminées par le virus, a fait savoir la Douzième chaîne, citant une recherche réalisée par l’Institut Gertner de politique sanitaire.

L’examen d’un petit échantillonnage de personnes ayant bénéficié d’une injection de rappel a montré que la possibilité d’une contamination à la COVID-19, huit jours après la piqûre – c’est le moment où elle commence à faire de l’effet – est divisée par deux. La recherche a établi que seulement 69 personnes avaient été infectées par rapport à un groupe de contrôle formé d’Israéliens n’ayant reçu que deux doses : ainsi, dans ce groupe, 130 personnes ont attrapé le virus.

Eran Segal, biologiste au sein de l’Institut Weizmann des sciences, qui conseille le ministère de la Santé sur la question de la lutte contre la COVID-19, a découvert que la proportion de personnes âgées de 60 ans et plus – au sein de cette catégorie de la population, nombreux sont ceux qui ont déjà reçu un rappel – parmi les nouveaux cas avait baissé dès que la campagne d’administration d’une troisième dose avait été mise en place.

Au cours du mois de juillet, les 60 ans et plus avaient compté pour 15 % des nouveaux cas, et ils ne représentent que 5 % des nouveaux cas depuis le début du mois d’août.

Segal a aussi évoqué d’autres données qui révèlent que le taux de reproduction du virus – le nombre de personnes contaminées par un seul malade – est d’environ 1,4 parmi ceux qui n’ont bénéficié que de deux doses et qu’il est proche de 1 seulement chez ceux qui ont reçu le rappel. Toute valeur inférieure à 1 signale que le virus s’essouffle.

Le Premier ministre Naftali Bennett préside la réunion hebdomadaire du cabinet, à Jérusalem, le 11 juillet 2021. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool via AP) 

Les chiffres du ministère de la Santé qui ont été publiés dimanche indiquent que 4 176 personnes ont été testées positives au coronavirus samedi, ce qui représente une petite diminution explicable par le nombre réduit de tests de dépistage qui sont effectués pendant le week-end. Le pourcentage de tests revenus positifs – confirmant l’infection – continue à s’élever graduellement et il a atteint 5,38 % contre seulement 1,4 % il y a un mois.

Sur 47 675 cas actifs de coronavirus dans le pays, 525 personnes sont actuellement dans un état grave. C’est le chiffre le plus élevé depuis le mois de mars.

Dimanche matin, le directeur-général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a demandé aux responsables des hôpitaux de commencer à réduire les interventions et autres traitements non-urgents, autorisant toutefois chacun d’entre eux à décider de l’ampleur de l’application de cette mesure.

Cette instruction donnée par Ash survient alors que tous les hôpitaux du pays ont reçu l’ordre d’ouvrir une unité spéciale de prise en charge des malades atteints par le coronavirus en fonction de leur taille, et de prévoir d’ores et déjà l’ouverture d’une unité similaire quand la première sera remplie à 80 % de sa capacité, a annoncé la station de radio Kan.

Tous les services d’urgence doivent se préparer à ouvrir une structure de prise en charge des patients souffrant de la COVID-19.

Certains hôpitaux prévoient d’annuler 10 % des interventions chirurgicales, cette semaine, afin de disposer de suffisamment de personnel pour faire face à une hausse attendue du nombre des patients – les officiels ont estimé qu’ils pourraient dépasser les 4 000 dès le mois prochain, avec 2 000 personnes dans un état grave, a continué Kan.

Malgré les chiffres en hausse, le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a confié à Kan que le gouvernement ferait tout son possible pour éviter un confinement.

« Nous avons dit à plusieurs reprises qu’un confinement reste un dernier recours et qu’il ne s’imposera que dans une situation qui ne présentera pas d’autre choix », a dit Horowitz. « Et notre approche n’a pas changé ».

Notant que le précédent gouvernement avait imposé trois confinements qui ont coûté 200 milliards de shekels à l’économie, Horowitz a ajouté que le gouvernement actuel préférait se concentrer sur la vaccination tout en imposant certaines limitations sur les rassemblements.

« Et nous espérons que ces mesures nous aideront à empêcher un confinement », a-t-il poursuivi.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz se fait injecter un rappel contre la COVID-19 à l’hôpital Meir de Kfar Saba, le 13 août 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Horowitz a par ailleurs réaffirmé que la rentrée scolaire aurait bien lieu en date du 1er septembre et que les enfants seraient vaccinés dans les écoles.

Reconnaissant que le ministère de l’Éducation s’oppose à la vaccination pendant les heures de cours, Horowitz a indiqué que les deux ministères sauraient « trouver des accords sur la manière de procéder ».

Parmi les enfants éligibles à la vaccination au sein de l’État juif, seulement 35 % ont reçu les deux doses jusqu’à présent, a-t-il remarqué.

Dimanche, les membres du cabinet Corona – qui réunit des ministres chargés de mettre en place la politique dans la lutte contre le coronavirus – ont été informés qu’un participant à leur précédente réunion avait été testé positif à la COVID-19, ont annoncé les médias israéliens. Il s’agirait du Colonel Yaakov Dolf, attaché militaire du ministre de la Défense Benny Gantz.

Le mois dernier, Israël est devenu le tout premier pays au monde à administrer des injections de rappel aux personnes âgées de 60 ans et plus. Et, vendredi, il a également été le premier pays au monde à proposer une troisième dose aux citoyens âgés de 50 ans et plus.

Sur une population de 9,3 millions d’habitants, plus de 5,8 millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin et plus de 5,4 million de personnes ont terminé leur parcours vaccinal initial.

Depuis le début de la pandémie, 938 679 personnes ont attrapé la COVID-19 dans le pays. 6 668 personnes ont succombé à la maladie au sein de l’État juif.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...