Israël interdit une conférence soutenue par l’AP à Jérusalem Est
Rechercher

Israël interdit une conférence soutenue par l’AP à Jérusalem Est

Le Ministre de l'Intérieur a déclaré que l’événement organisé par le mufti palestinien, avec des participants turcs, faisait la promotion de "l’incitation à la haine" contre Israël

Le milliardaire palestinien Munib Al-Masri (Crédit : Raphael Ahren/The Times of Israel)
Le milliardaire palestinien Munib Al-Masri (Crédit : Raphael Ahren/The Times of Israel)

Une conférence à Jérusalem Est sponsorisée par l’Autorité palestinienne et à laquelle participaient des membres du Mouvement islamique en Israël et du Waqf turc a été interdit et contrôlé par le police samedi sur ordre du ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan ; son bureau a dit que l’événement faisait la promotion de « l’incitation à la haine » contre l’état d’Israël.

La police a également arrêté brièvement Munib al-Masri, un puissant homme d’affaires palestinien qui a financé la conférence.

L’événement, qui se déroulait à l’université Hind al-Husseini dans le quartier de Sheikh Jarrah, a été organisé par le mufti de Jérusalem, Akrama Sabri.

Selon la police, Sabri, qui a récemment été interdit de voyages par Israël, avait auparavant organisé plusieurs événements aux côtés de membres du mouvement terroriste du Hamas, a annoncé le site d’information Ynet.

Le ministre de la Sécurité Publique a déclaré que la conférence était délibérément prévue pour avoir lieu à l’anniversaire d’une attaque terroriste sur le mont du Temple l’année dernière, au cours de laquelle les officiers de la police israélienne Haiel Sitawe et Kamil Shnaan ont été tués par trois hommes arabes israéliens armés qui avaient caché leurs armes sur le mont du Temple.

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, prend la parole lors de la conférence internationale des juristes à Jérusalem, le 5 février 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Fermant la conférence, Erdan a accusé l’Autorité palestinienne « de tenter régulièrement de saper la souveraineté d’Israël à Jérusalem ».

Il a dit qu’Israël « continuerait à combattre et à empêcher toute tentative de nourrir [les flammes de la] violence dans la ville ».

Erdan a dit que l’événement était « une conférence d’incitation à la haine » et a accusé que « le lien entre le Mouvement islamique, l’Autorité palestinienne et des éléments turcs constitue une tentative effrontée d’encourager la violence pour l’anniversaire de l’attaque du mont du Temple ».

Les personnels médicaux d’urgence soignent les victimes d’un attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, dans la Vieille ville, le 14 juillet 2017 (Crédit : Magen David Adom)

L’attaque terroriste du 14 juillet 2017 avait entraîné des semaines de tensions à Jérusalem. Israël avait mis en place des nouvelles mesures de sécurité, y compris des détecteurs de métaux aux portes d’accès, afin d’empêcher l’entrée d’armes sur le mont du Temple – une décision qui avait conduit à de grandes manifestations et qui a finalement été annulée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...