Rechercher

Israël investit 225 M NIS pour promouvoir les start-ups dans la communauté arabe

L'initiative vise à intégrer les membres des communautés arabes dans le secteur technologique en plein essor, où ils sont largement sous-représentés

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Des étudiants arabes participent à un Makeathon en 2020 à l'Université de Tel Aviv, organisé par Tsofen. Lors d'un Makeathon, des équipes travaillent à la construction de nouveaux produits (Courtesy)
Des étudiants arabes participent à un Makeathon en 2020 à l'Université de Tel Aviv, organisé par Tsofen. Lors d'un Makeathon, des équipes travaillent à la construction de nouveaux produits (Courtesy)

Israël a officiellement lancé un programme de 225 millions de NIS pour promouvoir l’esprit d’entreprise au sein des communautés arabes et mieux intégrer leurs membres dans l’industrie technologique en plein essor du pays, où ils sont largement sous-représentés.

La communauté arabe d’Israël représente environ 20 % de la population du pays, mais ne compte que pour environ 3,5 % des travailleurs du secteur technologique, selon Tsofen, une organisation qui promeut l’activité technologique dans les villes arabes et l’intégration des citoyens arabes israéliens dans les entreprises technologiques.

Le programme, dirigé par les ministères de l’Innovation, des Sciences et de la Technologie, et de l’Égalité sociale, en collaboration avec l’Autorité israélienne de l’innovation, fait partie d’un plan gouvernemental plus large visant à allouer plus de 32 milliards de NIS aux communautés arabes dans des domaines tels que l’éducation, le développement économique, la santé et la lutte contre la criminalité.

Le programme technologique prévoit le déploiement des fonds au cours des cinq prochaines années pour un certain nombre d’initiatives telles que la création de centres d’entrepreneuriat, d’incubateurs et d’accélérateurs technologiques, et d’un club d’investisseurs.

Les entrepreneurs et les investisseurs participent à Demo Day of the Hybrid Program, qui vise à promouvoir les start-ups avec un ou plusieurs fondateurs arabes, druzes ou bédouins. (Autorisation)

Selon l’annonce faite mercredi, un certain nombre de centres d’entrepreneuriat seront mis en place avec des subventions opérationnelles allant jusqu’à 2 millions de NIS par an dans différentes régions du pays, en mettant l’accent sur la périphérie sociale et géographique (en dehors de la région centrale d’Israël).

Ces centres sont censés « créer un environnement économique et commercial favorable » pour les entrepreneurs locaux et encourager l’innovation tout en travaillant avec les autorités locales et régionales, ainsi qu’avec les entreprises technologiques et les investisseurs potentiels.

Les centres qui favorisent l’emploi et la formation dans le secteur des technologies par la création de succursales régionales d’entreprises technologiques, par exemple, recevront un financement supplémentaire pouvant atteindre 1 million de NIS par an.

Les accélérateurs technologiques, organisations ayant des composantes de mentorat et d’éducation, recevront jusqu’à 1 million NIS par an pour promouvoir les premières idées et aider les entrepreneurs à les développer grâce à des outils de validation du marché, des conseils commerciaux, des conseils techniques et juridiques, l’accès aux investisseurs et la formation aux médias, selon les détails du programme. Un rapport précédent indiquait qu’une trentaine d’accélérateurs de ce type seraient créés.

Un incubateur prévu – une entreprise à but non lucratif qui soutient les start-ups dans les premières phases de leur développement – sera chargé de créer de nouvelles entreprises fondées par des membres de la communauté arabe qui recevront jusqu’à 6,5 millions de NIS par entreprise.

Le programme cherchera également à établir des clubs d’investisseurs providentiels, c’est-à-dire des personnes ayant des moyens qui fournissent des capitaux pour une idée commerciale ou une startup, avec un financement allant jusqu’à 900 000 NIS par an pendant un maximum de trois ans. Ces clubs recruteront des investisseurs et favoriseront les investissements dans les entreprises en phase de pré-amorçage ou d’amorçage.

L’industrie technologique israélienne souffre d’une pénurie chronique de professionnels de la technologie, notamment d’ingénieurs et de développeurs.

Le gouvernement a tenté de remédier à ce problème en promouvant des programmes et des initiatives visant à former ou à attirer des membres des communautés sous-représentées d’Israël dans le secteur technologique, notamment les professionnels ultra-orthodoxes et arabes, les femmes, les travailleurs de plus de 45 ans et ceux qui vivent en dehors des zones centrales d’Israël.

La ministre de l’Innovation, des Sciences et de la Technologie, Orit Farkash-Hacohen, a déclaré que cette pénurie était « un défi national pour l’ensemble de l’économie israélienne ».

Fadi Swidan, directeur du Nazareth Business Incubator Center (Capture ‘décran YouTube)

Dans l’annonce faite mercredi, la ministre a déclaré que l’intégration d’employés de la communauté arabe dans le secteur technologique était « un besoin social, financier et stratégique très important ».

« L’intégration réussie de la population arabe, parmi d’autres, dans le monde de la haute technologie israélienne est dans le meilleur intérêt du secteur lui-même, » a déclaré la ministre israélienne de l’Égalité sociale, Meirav Cohen.

« Au cours des derniers mois, nous avons travaillé en partenariat avec les leaders du secteur de la haute technologie, qui ont indiqué la nécessité d’encourager les entreprises et les initiatives technologiques dans ce domaine. Plus nous parviendrons à intégrer davantage de travailleurs arabes dans l’industrie israélienne de la haute technologie, plus nous réussirons à faire profiter de la croissance économique d’Israël à d’autres segments de la population. »

Le chef de l’Autorité israélienne de l’innovation, Dror Bin, a déclaré que le programme espère relever certains des défis auxquels sont confrontées les communautés arabes, tels que le manque de systèmes de mise en réseau pertinents dans une industrie qui est en grande majorité juive et masculine, avec des liens forts issus de leur service militaire obligatoire, la distance géographique des centres technologiques et le manque d’accès aux investisseurs.

« Nous avons développé ce nouveau programme dans le cadre d’un plan gouvernemental visant à promouvoir l’entrepreneuriat dans le secteur arabe, à fournir les meilleures solutions possibles à ces défis et à développer un écosystème entrepreneurial dans la société arabe dans le cadre du renforcement général de la haute technologie israélienne », a déclaré Bin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...