Rechercher

Israël libère Khalida Jarrar

Jarrar est membre du FPLP, une organisation terroriste ; elle a été arrêtée suite à un attentat en 2019 puis libérée faute de preuves après deux ans de prison

La législatrice palestinienne Khalida Jarrar est accueillie par des partisans près de la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, le 3 juin 2016. (Majdi Mohammed/AP)
La législatrice palestinienne Khalida Jarrar est accueillie par des partisans près de la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, le 3 juin 2016. (Majdi Mohammed/AP)

Israël a libéré la législatrice palestinienne Khalida Jarrar, haute responsable du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), après deux ans de prison.

Israël, les États-Unis et l’Union européenne considèrent le FPLP, l’un des partis membres de l’Organisation de libération de la Palestine, comme une organisation terroriste.

Mme Jarrar a été élue en 2006 à l’assemblée législative palestinienne en tant que représentante du FPLP. Elle a longtemps été une politicienne bien connue du FPLP, se concentrant sur les droits des femmes et les affaires des prisonniers dans les prisons israéliennes.

Après qu’une attaque terroriste du FPLP en octobre 2019 a coûté la vie à Rina Shnerb, une jeune Israélienne de 17 ans, Israël a arrêté des dizaines de membres de l’organisation.

Mais les procureurs militaires israéliens n’ont pas réussi à prouver un lien entre Jarrar et l’attaque. Elle a finalement été condamnée pour son appartenance au FPLP, qui est une organisation illégale au regard de la loi israélienne.

La fille de Jarrar, Suha, est décédée pendant la peine de prison de sa mère, ce qui a conduit certains Palestiniens à demander la libération anticipée de Jarrar afin qu’elle puisse assister aux funérailles de sa fille.

Les autorités israéliennes n’ont pas approuvé cette demande, le ministre de la Sécurité publique, Omer Barlev, expliquant par la suite qu’elle n’était pas légalement réalisable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...