Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Israël-Libye: la ministre des Affaires étrangères considérée comme un bouc émissaire

Selon plusieurs spécialistes de la Libye, le chef du gouvernement avait en réalité donné son accord à l'entretien avec le ministre israélien

La ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla Mangoush (à droite), et le vice-premier ministre et ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, photographiés le 6 février 2023 au chantier naval de Vittoria à Adria, dans le nord-est de l'Italie, lors d'une cérémonie de remise aux autorités libyennes d'un patrouilleur de classe TS-LCG 300 nouvellement construit. M. Tajani aurait contribué à organiser la rencontre de M. Mangoush avec le ministre israélien des affaires étrangères Eli Cohen, à Rome en août 2023. (Crédit : MARCO SABADIN / AFP)
La ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla Mangoush (à droite), et le vice-premier ministre et ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, photographiés le 6 février 2023 au chantier naval de Vittoria à Adria, dans le nord-est de l'Italie, lors d'une cérémonie de remise aux autorités libyennes d'un patrouilleur de classe TS-LCG 300 nouvellement construit. M. Tajani aurait contribué à organiser la rencontre de M. Mangoush avec le ministre israélien des affaires étrangères Eli Cohen, à Rome en août 2023. (Crédit : MARCO SABADIN / AFP)

Le chef du gouvernement libyen basé à Tripoli a limogé sa cheffe de la diplomatie pour avoir rencontré récemment son homologue israélien en Italie, une entrevue interdite par les lois libyennes dont il était forcément au courant, selon des analystes.

Le Premier ministre Abdelhamid Dbeibah a suspendu dimanche Najla al-Mangoush pour avoir eu une entrevue la semaine passée avec son homologue israélien Eli Cohen à Rome.

Lundi, M. Dbeibah a annoncé son « limogeage » depuis l’ambassade palestinienne à Tripoli, a rapporté la représentation diplomatique sur sa page Facebook. La télévision Al-Ahrar, citant une source gouvernementale, avait elle aussi annoncé son limogeage plus tôt lundi.

Le Premier ministre libyen Abdul Hamid al-Dbeibeh à Rome, le 31mai 2021. (Crédit : AP Photo/Gregorio Borgia, Pool, File)

Le Premier ministre s’y est rendu pour exprimer « le soutien libyen à la cause palestinienne », affirmant que la position de Mme Mangoush « ne représente pas le gouvernement de la Libye ni son peuple », selon la même source.

La Libye ne reconnaît pas Israël et s’oppose à toute normalisation avec ce pays.

Le sort de Mme Mangoush était inconnu lundi. Selon l’agence de presse turque Anadolu, citant des « sources de sécurité » anonymes, un avion gouvernemental libyen l’aurait conduite de Tripoli à Istanbul dans la nuit.

Selon plusieurs spécialistes de la Libye, M. Dbeibah, à la tête d’un gouvernement mis en place dans le cadre d’un processus de paix parrainé par l’ONU, avait en réalité donné son accord à l’entretien avec le ministre israélien, et Mme Mangoush est un « bouc émissaire ».

« Le Parlement de l’Est, (l’homme fort de l’Est Khalifa) Haftar et Dbeibah la rendent responsable de décisions auxquelles ils ont tous participé », a déclaré à l’AFP Anas el-Gomati du Sadeq Institute. Le camp de l’Est, notamment le maréchal Haftar et son fils Saddam, ont eu des contact directs avec des responsables israéliens ces dernières années sans subir aucune sanction.

Selon M. el-Gomati, « des pourparlers sont en cours pour créer un nouveau gouvernement intérimaire entre les familles Dbeibah et Haftar, négocié à Abou Dhabi » à la place des élections initialement prévues fin 2021 mais reportées sine die.

Depuis un an, deux gouvernements se disputent le pouvoir dans ce pays plongé dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011: celui de M. Dbeibah dans l’Ouest et celui de l’Est soutenu par le M. Haftar.

Selon M. el-Gomati, pour garantir « un soutien américain (à un accord entre les deux camps), des pressions ont été exercées (sur la Libye) pour adhérer aux accords d’Abraham » de normalisation entre les pays arabes et Israël, signés notamment par les Emirats arabes unis.

« Survie »

Jalel Harchaoui, également spécialiste de la Libye, pense aussi à « une manoeuvre de M. Dbeibah » pour se maintenir au pouvoir face « à une pression qui monte à l’ONU et aux Etats-Unis afin d’installer un nouveau gouvernement de technocrates » pour préparer des élections.

Pour M. el-Gomati, Dbeibah joue « sa survie » qui « dépend surtout des relations et des alliances qu’il entretient au-delà des frontières libyennes avec de puissants acteurs régionaux ».

« Le soutien de Tel Aviv à Haftar n’est un secret pour personne », a-t-il rappelé, qualifiant l’annonce de la rencontre de Rome par Israël de « stratégique » car « destinée à faire pencher la balance en faveur de Haftar, en acculant Dbeibah ».

L’homme fort de Libye Khalifa Haftar salue pendant une parade militaire à Benghazi, à l’est de la Libye, le 7 mai 2018. (Crédit : Abdullah DOMA / AFP)

Le ministère israélien des Affaires étrangères a nié lundi être à l’origine de cette « fuite », alors que c’est son service de presse qui a annoncé dimanche sur une rencontre « inédite » de M. Cohen avec Mme Mangoush.

Sortir l’information vise, selon l’expert, soit à « pousser Dbeibah à abandonner le pouvoir, soit à le contraindre à un compromis avec le camp de Haftar ».

Dbeibah « a eu la tentation de faire un coup en termes de diplomatie mais c’est raté car il n’a pas évalué correctement le risque que la population se focalise sur lui » et non sur Mme Mangoush, a estimé M. Harchaoui.

Des mouvements de protestation ont éclaté dimanche à Tripoli et dans plusieurs villes et la maison du Premier ministre a été attaquée. Des groupes de jeunes ont coupé les routes, brûlé des pneus et brandi le drapeau palestinien.

« Il y a un vrai sentiment d’outrage dans la population face aux politiques d’Israël vis-à-vis des Palestiniens », a expliqué M. Harchaoui.

En Libye, toute relation avec Israël, ses ressortissants ou toute entité le représentant est passible d’une peine d’emprisonnement de trois à dix ans, en vertu d’une loi datant de 1957.

Lundi soir, les parlementaires libyens, portant l’écharpe palestinienne autour du cou lors d’une « session urgente », ont appelé le procureur général à ouvrir une enquête sur « les contacts avec le ministère de l’occupant israélien ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.