Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Rencontre israélo-libyenne : Israël dément être à l’origine d’une « fuite »

"Ce qui s'est passé à Rome a été une rencontre fortuite et non officielle", avait indiqué plus tôt le ministère des Affaires étrangères libyen dans un communiqué

L'un des Premiers ministres rivaux de la Libye, Abdul Hamid al-Dbeibeh, assistant à une célébration pour la jeunesse dans la ville de Zawiya, à 30 kilomètres à l'ouest de Tripoli, en Libye, le 13 octobre 2022. (Crédit : Yousef Murad/AP Photo)
L'un des Premiers ministres rivaux de la Libye, Abdul Hamid al-Dbeibeh, assistant à une célébration pour la jeunesse dans la ville de Zawiya, à 30 kilomètres à l'ouest de Tripoli, en Libye, le 13 octobre 2022. (Crédit : Yousef Murad/AP Photo)

Israël a nié lundi être à origine d’une « fuite » sur une rencontre entre son chef de la diplomatie et son homologue libyenne, au lendemain de l’annonce officielle d’une telle entrevue par son ministère des Affaires étrangères ayant précipité la suspension de la ministre libyenne.

« Contrairement aux publications, la fuite concernant la rencontre avec la ministre des Affaires étrangères de Libye ne provient pas du ministère des Affaires étrangères ou du cabinet du ministre des Affaires étrangères », affirme un communiqué du ministère.

Le chef du gouvernement libyen a suspendu lundi sa ministre des Affaires étrangères, Najla al-Mangoush.

Dimanche, le service de presse du ministère des Affaires étrangères israélien avait annoncé que son chef, Eli Cohen, s’était entretenu à Rome dans le courant de la semaine écoulée avec son homologue libyenne lors d’une rencontre « inédite ».

« J’ai parlé avec la ministre des Affaires étrangères du grand potentiel que représentent les relations entre les deux pays », indiquait le communiqué en citant Cohen.

Le ministère des Affaires étrangères n’a fourni aucune explication à son brusque revirement.

À LIRE : Eli Cohen, fustigé pour avoir divulgué sa rencontre avec son homologue libyenne

« Ce qui s’est passé à Rome a été une rencontre fortuite et non officielle, au cours d’une rencontre avec son homologue italien (Antonio Tajani), qui n’a comporté aucune discussion, ni accord ni consultation », avait indiqué plus tôt le ministère des Affaires étrangères libyen dans un communiqué.

La Libye, plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, ne reconnaît pas Israël.

La rencontre de Rome a fait l’objet d’une vive condamnation du groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Cette rencontre et d’autres similaires voulant donner une légitimité à l’occupation israélienne de la Palestine et un feu vert à sa politique fasciste et aux crimes contre le peuple palestinien sont rejetées et condamnées », a affirmé le Hamas, dans un communiqué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.